Art.02-Zebu-Maki-Roussette

Au bord de la route (élevage au piquet), au milieu de la route et parfois au centre d’un rond-point ou bien dans la campagne, les zébus sont partout à Mayotte. Le zébu ressemble à une vache sauf qu’il a une bosse sur le dos qui lui sert de réserve graisseuse. On élève le zébu pour sa viande et il se vend autour de 4 000 € et sera sacrifié lors des grandes fêtes : fin du ramadan, décès, etc. mais il faut être invité à ces cérémonies. Mayotte ne dispose pas d’abattoir…

 

 

 

Le Maki de Mayotte ou (Ankoumba ou Comba) est une variété du Lémur fauve (Eulemur fulvus) de Madagascar, Il vit sur les îles de Mayotte et d’Anjouan dans l’archipel des Comores. Il vit en groupe composé de quatre à une dizaine d’individus. Il se nourrit de fruits, de feuilles et de fleurs. Il est actif de nuit comme de jour. Il communique par différents cris (plus de 10). Sa vie sociale est très structurée et comparable à la nôtre par bien des aspects. Il enterre ses morts (ou tout au moins les recouvre de terre ou de feuilles) et c’est aussi le seul primate qui possède des mains de type humain avec des empreintes digitales. Ses deux grands yeux cernés au regard doré, son museau allongé de lévrier, un pelage très doux, variant du beige au roux, sa taille (une cinquantaine de centimètres plus une queue de 60 cm), sa sociabilité en font un animal qu’il est tentant d’apprivoiser.

 

Il pèse de deux à trois kilogrammes, sans aucune agressivité naturelle, d’où sa vulnérabilité. Omnivore, se nourrit de petits lézards, d’œufs d’oiseaux, mais sa nourriture essentielle est composée de fruits mûrs comme les bananes, les papayes, les mangues, les jaques et baies diverses et de feuilles. Doté d’un sens extraordinaire de l’équilibre, grâce à sa longue queue, il saute d’arbre en arbre, avec des bonds prodigieux de plusieurs mètres. Il passe la majorité de son temps dans les arbres et ne descend que pour boire de l’eau ou pour fruit tombé à terre. Avec ses mains qui ressemblent à des mains humaines, il est capable d’éplucher certains fruits comme la banane.

 

Malgré leur caractère sauvage, les Makis peuvent s’habituer très facilement aux humains notamment quand ces derniers les nourrissent à la main. Les mahorais, surtout les enfants ne les considèrent pas comme des animaux, mais comme des humains transformés par Dieu, et les respectent.

 

 

“Pteropus seychellensis comorensis” est une chauve-souris géante la Roussette que l’on trouve essentiellement aux Comores. Les caractéristiques morphologiques de cette espèce est une couleur brune foncée avec la présence d’un collier roux. Leurs poids est d’environ 500g avec une envergure pouvant atteindre 1,20 mètre. Leur régime alimentaire est composé principalement de fruits mais aussi de nectar et de feuilles. Les Roussettes se regroupent sur des arbres gîtes qui sont en général grands, d’un fort diamètre et d’une espèce exotique commune sur l’île. Ces arbres sont souvent à basse altitude, proches du littoral et dans des milieux différents (mangroves, forêts tropicales humides, …)

 

Les activités débutent aux alentours de 16 heure, même s’il n’est pas rare de voir des individus voler à toute heure de la journée. Ils finissent par rentrer dans la nuit. Cette espèce passe beaucoup de temps à se toiletter avant de s’envoler afin d’enlever les restes de fruits sur leur corps. Son espérance de vie est de 30 ans. La période de reproduction se situe entre le mois de mai et juin, la période de gestation est d’environ 5 mois et la mise bas se fait entre septembre et novembre. Les mères ne font qu’un seul petit par an.

 

La déforestation est une menace, car elle provoque la fragmentation de milieux ce qui déconnecte le lien entre les sites dortoirs et les sites d’alimentation. Les cyclones sont aussi une forte menace par de nombreux décès et la disparition des arbres gîtes et de nombreux aliments. À Mayotte, les roussettes sont protégées contre leur destruction, la capture et toutes formes de commerce.