2008 – Super Héros ?

 

J’ai rencontré Christopher Nolan, j’avais lu Batman de Frank Miller, j’avais lu divers autres romans graphiques, et pour la première fois j’avais vu quelque chose d’intéressant dans Batman que je n’avais jamais vu auparavant, et c’était plus le ton comment je voulais le représenter, J’ai dit ça à Chris, il m’a dit comment il voulait faire le film, cela semblait très compatible et il a donc décidé, oui, il me choisirait pour ça. Pour moi, en fait, j’ai l’impression que nous sommes de retour à ses racines.  CHRISTIAN BALE

 

 

 

 

BATMAN RELOADED

par Raphaël Lefèvre

 

Un cran de plus dans l’entreprise de dépoussiérage post-Frank Miller du mythe de Batman. Bien plus qu’un dépoussiérage, en fait: une table rase, imposant de faire le deuil des notions mêmes de comics et de super-héros. C’est ambitieux, prétentieux, même, ça se plantait dans le bancal et déplaisant Batman Begins, mais il faut bien l’avouer: spectacle majestueux et tortueux de la lutte contre le mal, The Dark Knight fait trouver au cinéma malin et glacé de Nolan un surprenant point d’incandescence.

 

Batman Begins portait un sacré coup au règne de l’allégorique et des figures burlesques évoluant dans un monde parallèle qui caractérisait les comics et leurs adaptations. Si Joel Schumacher méritait les oubliettes, le petit monde fantaisiste de Tim Burton prenait soudainement un coup de vieux. Pourtant, ce que Nolan proposait à la place ne convainquait guère. Ouvert par trente minutes d’insupportable bande-annonce de propagande sécuritaire certes amenée à être dialectisée par la suite, le film, incertain stylistiquement, agaçait surtout par son démontage systématique de tout mystère, sa manie pathologique à vouloir toujours tout expliquer rationnellement et minutieusement.

 

Nolan persiste ici dans la voie d’une vision ancrée dans le monde contemporain: Gotham n’est plus le substrat gothique de New York mais une mégalopole de verre bien actuelle. Bruce Wayne/Batman est confronté à la puissance économique chinoise et voyage à Hong Kong. Dans les films de super-héros, les personnages vivent en général dans une réalité transfigurée et on les accepte tels qu’ils sont, bariolés ou caricaturaux, sans trop se poser de questions sur leur costume ou leur maquillage, qui leur sont des attributs naturels; ici, le maquillage du Joker, par exemple, est plus baveux, plus fait à la main, et recouvre à peine les cicatrices du « supplice de l’Homme qui rit ». Chez Nolan, tout se veut plus proche du « possible » . Mais le plus pénible a été expédié dans le film précédent: l’approche est moins obsessionnelle, plus sereine si toutefois, dans un contexte aussi sombre, on peut parler de sérénité.

 

 

The Dark Knight est le produit brûlant d’une époque irrémédiablement désillusionnée quant à l’espoir d’anéantir le mal. Le combat livré contre le crime organisé et le terrorisme se sait désormais de longue haleine, affecté d’effets pervers, imposant d’accepter de se faire haïr. Avec le personnage de Batman, Bruce Wayne a créé un symbole, un monstre, dont la réception populaire lui échappe. Surgit alors un espoir pour la ville…Le procureur Harvey Dent, brillant, enthousiaste, héroïque et ce dans le cadre de la loi. Voilà qui remet en question la nécessité même du super-héros, lequel se voit d’ailleurs dénier, par son majordome, confident et conseiller Alfred, jusqu’au statut de simple héros. Le film lui refuse même la place de protagoniste principal, l’obligeant à s’effacer derrière deux nouveaux personnages bénéficiant d’un flamboyant tour de piste avec Dent, son rival en amour, et Le Joker, vilain particulièrement coriace.

 

 

 

Le premier est un homme brillant mais faillible, dont les actions se laissent peu à peu déterminer par les sentiments. La soif de vengeance aura raison de l’incorruptible magistrat qui, dans l’étonnante toute dernière partie, se muera en Double-Face avant de connaître une réhabilitation sur l’air de print the legend. Moins qu’un clown excentrique, le second est un dandy grunge, avec ses blessures, sa faconde, son esprit. Soit dit en passant puisqu’il est difficile de faire l’impasse dessus, surnageant un casting pourtant impeccable, feu Heath Ledger est éblouissant. Trouvant une voix unique, ponctuant ses phrases de petits claquements de langue, il se débarrasse totalement de Jack Nicholson et donne presque l’impression d’inventer un mode de jeu. Les allergiques à la performance d’acteur n’auront pas tort de dire qu’il en fait des caisses. N’empêche. Pour le meilleur et pour le pire, il fascine; il parvient surtout c’est après tout le principal à rendre grandiose, aussi touchant qu’effrayant, cet être imprévisible. Seul personnage dont on ne connaîtra pas la genèse, Le Joker débarque sans crier gare, apparaissant sous un masque: il est le pur produit de la guerre de Batman. Incarnation du cynisme, du mal pur, de l’amoralité, il pose un épineux problème…Comment le combattre quand on a un code moral ?

 

 

 

Le côté sentencieux de ce blockbuster de luxe, son interrogation affichée, dense, complexe, voire ambiguë sur les moyens de faire prévaloir une certaine moralité par ou hors la loi, ne sont pas loin d’agacer, et on pourra alors leur préférer l’humilité bricoleuse et enfantine de Burton. Mais le film ne prend pas le temps de s’appesantir: pendant quand même deux heures et demie de spectacle mégalo, il fuse avec une aisance inouïe, accumule personnages et enjeux, enchaîne les répliques mordantes, multiplie scènes d’action fluides et propositions plastiques envoûtantes à l’image des vols de Batman entre les tours, d’une grâce extatique. Pour une fois chez Nolan, la finesse de l’image s’efface en tant qu’effet de signature, en tant que soin maniaque esthétisant, pour devenir une ample et grisante matière réflexive et émotionnelle. Ni film de super-héros, ni même film fantastique, The Dark Knight est donc un film d’action ténébreux, en prise sur son époque et à tendance opératique…D’ailleurs, pas une note à la Danny Elfman. Hans Zimmer et James Newton Howard livrent une partition solennelle dont le lyrisme réprimé souligne l’aspect tragique de l’intrigue. Entre réalisme et excès, talent visuel et surmoi auteurisant, Nolan, débarrassé de ses scénarios alambiqués et de ses effets de manche, a trouvé un équilibre.

 

 

 

 

ENTRETIEN AVEC CHRISTOPHER NOLAN

 

C‘est intimidant, l’idée de prendre une suite. Je l’ai vu, j’en suis venu à le voir comme un défi intéressant, mais au début, j’étais un peu réticent à faire rouler l’appareil à nouveau, si vous voulez. Parce que Batman Begins avait été bien accueilli. Il ne sert vraiment à rien de faire la suite à moins que vous ne puissiez essayer de faire quelque chose qui vous intéressera davantage ou qui vous intéressera davantage.

 

Avez vous pu faire ce que vous espériez faire avec le personnage, avec la franchise, avec le monde ?

Il y a un énorme avantage à pouvoir sauter en ayant raconté l’histoire d’origine, de sorte que vous pouvez vous lancer avec un personnage complètement formé et voir ensuite où cela va. Je pense donc que cela vous donne définitivement l’opportunité d’aller dans de nouveaux endroits et d’entrer dans l’histoire beaucoup plus rapidement. Mais en même temps, j’avais beaucoup apprécié le rythme et la dynamique de l’histoire d’origine que nous avons pu raconter dans Batman Begins, donc c’était un peu intimidant comment nous allions remplacer cela, le sentiment d’échelle et de taille qui nous a donné, juste la durée de cette histoire. Ce que nous avons choisi de faire, c’est de raconter une histoire très immédiate, très linéaire, mais basée sur un léger changement de genre, en allant un peu plus dans l’histoire du crime, un peu plus dans le genre d’histoires épiques de la ville de films comme Heat, des choses comme ça, qui, je pense, atteignent une grande échelle, même s’ils sont confinés dans une seule ville.

 

Nous avons encore élargi l’horizon et en avons fait une ville beaucoup, beaucoup plus grande que ce que vous pouvez réaliser avec le vraie photographie à Chicago. Notre approche n’était donc pas si différente en soi, mais je pense que là où il y avait une vraie différence, c’est que nous n’avons pas essayé de faire sur des plateaux des choses que nous pouvions faire sur place. Nous avons essayé de tout filmer à l’échelle du monde réel, donc même certains des intérieurs qui, par exemple, il y a une salle de conférence Wayne Industries dans le premier film qui était aussi grand que nous pourrions peut-être construire, et pourtant pour moi dans le film, il semblait encore trop petit. Parce que lorsque vous entrez dans ces espaces dans un environnement réel, ils sont construits à très grande échelle que vous ne pouvez pas reproduire en studio. Je veux dire, tu peux ‘t se permettre et l’espace, les scènes ne sont pas construites si grandes, et donc nous avons vraiment pris l’approche d’essayer de tirer le plus loin possible dans des endroits réels sur celui-ci.

 

 

 

Les gens ont parlé de la performance de Heath Ledger et de la façon dont vous l’avez dirigé, dans sa liberté pour faire.

Heath et moi avons beaucoup parlé des abstractions du personnage, de la philosophie sous-jacente du personnage et de ce qu’il représente dans l’histoire, et de ce que ce ton devrait être. Mais ensuite, c’était vraiment à lui de partir et de comprendre comment il allait faire quelque chose qui, selon lui, devait être emblématique, d’une manière ou d’une autre. Mais il a aussi compris que cela devait être humain et reconnaissable à l’homme, car la menace dont nous avons discuté, la menace de l’anarchie pure, du chaos, un individu dévoué, dont vraiment un individu dont le seul plaisir réel, le seul réel amusement vient de déchirer dans les structures qui l’entourent, c’est une forme de mal très humaine, il doit donc être à la fois humain et iconique. Heath a consacré beaucoup de temps et d’énergie à trouver un moyen très complexe d’y parvenir.

 

 

 

 

The Dark Knight pourrait être un modèle pour votre prochain film ?

Je pense que cela pourrait bien. Je veux dire, je dois voir comment le public y réagit, mais sur la base de ces premières projections que nous avons faites et de la façon dont les gens reçoivent le film, cela semble augmenter l’expérience du film pour les gens. Cela semble les jeter dans l’action comme je l’espérais. Vous savez, nous avons trouvé de nombreuses façons de gérer la lourdeur du processus de post-production et tout, nous avons beaucoup appris. Je pense que tout ce que vous pouvez faire, je pense, pour rehausser l’expérience théâtrale du cinéma, permet de distinguer le film de l’expérience du cinéma maison, qui est de plus en plus sophistiquée techniquement.

 

Batman partage beaucoup de temps avec Harvey et le Joker. Pourquoi ?

Le danger avec une suite qui tente d’être plus grande et plus large que le premier film est que vous devez apporter plus de personnages; vous devez développer ce qui était là. Le danger est que vous perdiez de vue la présence héroïque au centre de celle-ci, que vous perdiez de vue de qui parle le film. Je pense que ce que Christian a compris dans le scénario, et ce que nous avons pu mettre dans l’histoire, c’est qu’à la fin du film, je pense qu’il s’approprie vraiment le film. Le film revient en quelque sorte à Batman et il le reprend, en grande partie dans les dernières minutes du film, je dirais. La pertinence de tous ces autres personnages et de toutes les autres choses qui se seraient passées, la pertinence de ces choses pour la figure de Batman, je pense, devient très apparente. Et cela a toujours été très important. Je savais comment le film se terminait bien avant que nous ayons compris l’histoire du film, et c’est de cette manière que nous avons essayé de préciser que The Dark Knight est en fin de compte sur Batman, sur le Dark Knight.

 

Pouvez-vous parler de ce qu’il faudrait pour vous ramener pour un troisième film ?

J’ai terminé mon film la semaine dernière. Je n’ai aucune idée de ce que je vais faire ensuite, de ce que je vais faire à l’avenir. Le film pour moi n’est en fait terminé que lorsque le public le voit et me dit ce que c’est, vraiment. Il est trop tôt pour le dire pour toutes ces raisons. L’autre chose à dire sur le sujet, c’est que nous n’avons absolument pas ressenti en prenant l’idée de faire le deuxième film que nous pourrions en aucune manière nous gêner ou nous désavantager en gardant des choses pour un autre film. Je pense que c’est une erreur que les gens ont faite dans le passé en pensant trop à l’avenir. Je pense que vous devez mettre tous vos œufs dans le même panier et faire un film aussi beau que possible, et c’est ce que nous avons essayé de faire.

 

 

Pourquoi ramener Scarecrow après ses adieux dans le premier film ?

Je veux dire vraiment, en partie parce que Cillian est formidable et que c’était amusant de le voir se présenter pendant quelques jours. Mais parce que nous avons laissé l’histoire de l’Épouvantail si ouverte, nous voulions profiter de cela, de cet aspect d’une suite, dans lequel vous pouvez simplement entrer avec le héros complètement formé. Vous n’avez plus à raconter cette histoire d’origine. Donc, nous voulons voir Batman en action très tôt, vous savez, juste après avoir présenté le Joker, donc, mais je pense que dans l’écriture de scénario, vous ne pouvez pas essayer d’envelopper trop de choses ensemble, donc nous n’avons pas vraiment veulent que ce soit l’un des nouveaux éléments de l’histoire exactement dans lesquels les autres éléments de l’histoire allaient alimenter, je pense que cela aurait semblé un peu trop ordonné, et nous avons eu l’occasion parfaite avec Scarecrow ayant été laissé en liberté dans le premier film, pour l’utiliser pour conduire l’action.



 

ENTRETIEN AVEC CHRISTIAN BALE

 

Je pense cependant que Batman doit maintenir cette discipline et un sens de l’ordre parce qu’il a une telle tentation pour le chaos, pour la perturbation et pour la violence, parce qu’il a ce grand côté d’ombre né de la douleur de la mort de ses parents. , né pour un besoin de vengeance. Sa création de Batman n’a jamais été saine pour sa propre vie personnelle, il a une grande capacité à la violence et il s’est donné cette règle selon laquelle il ne tuera pas précisément parce qu’il peut voir avec quelle facilité il pourrait franchir cette ligne. Mais en raison de son altruisme et de sa philanthropie hérités de ses parents, il ne souhaite pas franchir cette ligne, mais il est toujours en conflit avec lui-même à ce sujet,et le Joker est la personne qui a réussi à le faire remettre en question sa propre éthique, plus que quiconque jusqu’à présent, et le tentant de violer sa propre règle car il sait que s’il peut enfreindre sa propre règle, il peut éventuellement empêcher la mort de beaucoup d’autres personnes, et la question de, eh bien, est-il dans ce cas égoïste de s’en tenir à ses principes, s’il enfreint ses propres principes pour cela, et il y a de merveilleuses questions éthiques qui se posent dans The Dark Knight.

 

L’une des séquences les plus violentes du film c’est Batman interrogeant Le Joker, une scène violente et presque sadique. C’était la première scène que Bale et Ledger ont tourné...Une excellente façon de commencer parce que nous avons également eu le luxe d’être complètement seuls dans une pièce avec les caméras à l’extérieur et les miroirs pour une partie de cette scène. nous entourant de façon à ce que nous puissions nous regarder tous les deux, puis de toute façon nous regardions, nous voyions juste les reflets de deux monstres assis ensemble à la table.

 

 

J’ai pu voir pour la première fois comment Heath jouait le Joker, et l’engagement total qu’il y avait, et j’ai vraiment apprécié de voir ça. Bien sûr, ce que la scène révèle, qu’il ne sera pas l’ennemi ordinaire de Batman qu’il est capable d’intimider avec violence, car plus il bat le Joker, plus le sourire sur le visage du Joker devient grand, alors il se rend compte qu’il ne fait que satisfaire le Joker avec cette violence. Il adorait juste ça, et il m’encourageait pour plus alors que les murs se déformaient après avoir fait cette scène. Il y était totalement engagé, il a créé ce méchant vraiment emblématique, dépeint le Joker d’une manière qu’il n’a jamais été décrit auparavant, beaucoup plus effrayant, beaucoup plus anarchique que tout ce que nous avons vu, un Joker de style Clockwork Orange, et c’était un super scène pour démarrer. 

 

Heath Ledger 1979 – 2008 / Oscar du meilleur second rôle 2009 à titre posthume

 

Ce que nous faisons pour gagner notre vie est complètement ridicule, car nous nous appelons des hommes adultes qui prétendent encore être d’autres pour gagner leur vie. Plus je vois ce que je fais de façon ridicule, plus je l’aime et plus je l’apprécie Je suis capable de faire ça en vivant, et plus je le prends au sérieux. Cela semble paradoxal, mais je pense que plus un rôle est sérieux et dramatique dans n’importe quel genre, plus vous l’avez rendu ridicule. Mais je prends cela incroyablement au sérieux et je reconnais que dans Heath aussi, et donc moi assis en face de lui, le voyant, je prenais un réel plaisir de voir la satisfaction qu’il en tirait, parce que j’ai reconnu que c’était la même satisfaction que j’obtiens en jouant aussi, et absolument quand vous avez quelqu’un d’aussi bon que lui, nous avons un sacré bon casting tout au long de ce film, il devient d’autant plus facile de créer de superbes scènes.  CHRISTIAN BALE

 

 

 

 

La quête apocalyptique du bien

 

Par Thomas Sotinel

 

 

Nolan exige avec superbe que l’on prenne au sérieux les aventures d’une poignée de personnages grotesques et les porte aussi près qu’il le peut de la tragédie, au risque du ridicule. Il arrive, au long des deux heures et demie que dure le film, que l’une des répliques du Joker vienne à l’esprit ” Why so serious ? “…En général, la réponse est fournie par la séquence suivante, morceau de bravoure ou trouvaille de scénario.

 

La vitalité du film tient à un double parti pris. Le film a été en grande partie tourné en décors naturels. Depuis sa création par Bob Kane en 1938, le justicier opère dans la ville fictive de Gotham, qui a souvent ressemblé à New York. Nolan a préféré tourner à Chicago. Son Gotham est une mégalopole impersonnelle, dont le film n’en sort que le temps d’une expédition punitive à Hongkong. Le reste du temps, la ville est le terrain d’un affrontement dont les termes sont définis dès les premières séquences. Un gang mystérieux braque une quantité astronomique de billets dans une banque et s’enfuit en empruntant un car scolaire. Le hold-up est l’œuvre d’un Joker, qui prend bientôt l’avantage sur le justicier, grâce à son mépris pour toutes les valeurs, à commencer par les monétaires. Pour s’opposer au crime organisé et à son champion terroriste, il n’y a donc que Batman et Harvey Dent. Ce dernier est un procureur et fait preuve d’une intégrité et d’un courage hors du commun. Le super-héros et le super-politicien font alliance, tout en se disputant les faveurs de Rachel Dawes, la fiancée de Bruce Wayne.

 

Mais le triomphe du bien ne va plus de soi et le combat de Batman et Dent contre le Joker déclenche une avalanche de catastrophes. Tout le film se déroule dans un vacarme apocalyptique fait d’attentats, d’évacuations de masse, de mauvaises nouvelles qui passent en boucle sur les écrans. Cette évocation d’une crise permanente, mise en scène en forçant à peine les traits de la réalité, sert de carburant au jeu entre les principaux personnages. C’est sans doute là qu’il faut chercher la vraie singularité du film, dans l’intensité et la qualité uniforme de son interprétation. Christian Bale (Batman/Bruce Wayne), Heath Ledger (le Joker), Aaron Eckhart (Harvey Dent) et Maggie Gyllenhaal (Rachel Dawes) jouent leurs personnages de bande dessinée comme s’ils sortaient des pages de Shakespeare.

 

Le scénario de Christopher et Jonathan Nolan est assez solide pour que ce déploiement d’énergie ne soit pas vain. Dans le Batman (1989) de Tim Burton, le rôle du Joker avait échu à Jack Nicholson qui en avait fait un méchant de commedia dell’arte. Heath Ledger (1979-2008) mort quelques mois après la fin du tournage, baigne tout entier dans l’abjection et la cruauté de son psychopathe.

 

 

Ce n’est plus un film de superhéros,

mais un portrait du mal, à la fois pop et métaphysique.

 

 

 

 

 

TOUS LES FILMS DE CHRISTOPHER NOLAN