2008 – L’autre combat

 

Dans des endroits comme l’Irak, les trop jeunes soldats atterrissent et très vite ils se rendent compte qu’ils sont peut-être Goliath peut-être qu’ils sont du mauvais côté. Ils tuent tellement de civils et cela les hante. Ils reviennent et sont souvent détruits par ce qu’ils ont vu et ce qu’ils ont fait. C’est pourquoi nous avons le taux de suicide le plus élevé de l’histoire de l’armée. Et nous ne comptons même pas les suicides. Nous avons également le taux de sans-abris le plus élevé. Ces hommes de 22 et 23 ans rentrent chez eux et disparaissent tout simplement. Ils sont perdus et n’obtiennent pas l’aide dont ils ont besoin. J’ai donc pensé que si nous ne pouvions pas vraiment comprendre le peuple irakien, nous pourrions peut-être faire preuve d’empathie avec nos propres hommes et femmes et voir l’histoire à travers leurs yeux et peut-être à travers eux voir ce que nous faisons.  Paul Haggis

 

 

 

Hank, ancien membre de la police militaire, apprend que son fils, Mike, lui-même soldat de retour d’Irak, a disparu de sa base du Nouveau-Mexique. On découvre qu’il a été sauvagement assassiné…

 

Les deux drapeaux américains à l’envers (tête en bas) qui ouvrent et ferment le film signal de détresse pourraient presque faire figure de réplique iconoclaste aux bannières patriotes encadrant Il faut sauver le soldat Ryan de Spielberg. Car en ouvrant le bal des fictions hollywoodiennes sur (contre) la guerre d’Irak, qui vont se succéder dans peu de temps avec en tête de gondole Redacted de Brian De Palma, Paul Haggis est aux avant-postes de la contestation anti-Bush & Co. Moins convenu que Collision, son premier long métrage.

 

Dans la vallée d’Elah est un thriller archiclassique parfois même scolaire. Sa force n’est pas tant de stigmatiser la guerre d’Irak ce qui est facile que de mettre en crise son propre classicisme en intégrant dans le récit le nec plus ultra de l’amateurisme médiatique par des images filmées par téléphone portable. Des clips tournés en Irak par Mike, le fils assassiné de Hank, avec son téléphone, sont le MacGuffin du récit. Ayant chipé le portable endommagé de son fils, Hank le confie à un spécialiste pour qu’il en extraie les images. Celui-ci les lui envoie par e-mail. Ces petits films, très détériorés, que le technicien envoie au compte-gouttes, constituent, en parallèle de l’enquête policière, une sorte de feuilleton trash et destroy des aventures du bon fils de famille. Mais ces reflets fracassés de la guerre d’Irak, scènes de folie, de torture, de chaos, dont on attend qu’elles servent à dénouer l’enquête criminelle, ne disent rien de concret.

 

Il n’y a pas de complot ni d’intrigue machiavélique. Juste un trauma généralisé qui détruit la psyché des hommes. Ce n’est évidemment qu’une facette du film, mais c’en est une des plus convaincantes. L’enquête sur le terrain, est plus ordinaire, mais remarquablement interprété par Tommy Lee Jones en tête, mais aussi par Charlize Theron qu’on a rarement vue aussi sobre, et Susan Sarandon, égale à elle-même en mère éplorée. On pourrait aussi faire un rapprochement avec le récent Alexandra de Sokourov. Hank est le pendant masculin de la vieille dame russe, son intrusion dans la base militaire, dans les chambrées, ses rencontres avec les camarades de son fils, évoquent sur un mode plus dramatique la balade dans le camp en Tchétchénie. Le plus, c’est le contrechamp horrifique de la guerre par le biais des clips vidéo. Dans Dans la vallée d’Elah, l’idée de la guerre agit comme un catalyseur de fiction, un accélérateur de drame.

 

 

 

Après une carrière télévisuelle extrêmement réussie, Paul Haggis a marqué avec son scénario pour Million Dollar Baby, qui a remporté quatre Oscars, dont une statuette pour le scribe lui-même, et a fermement consolidé sa place. sur la carte d’Hollywood. Il a poursuivi le triomphe en écrivant et en réalisant le drame de course en pleurs Crash remportant d’autres Oscars dans le processus et en écrivant des scripts pour les drames de guerre acclamés de Clint Eastwood , Flags of Our Fathers et Letters From Iwo Jima . Son film qu’il a écrit et réalisé, est le dernier d’une série d’efforts hollywoodiens examinant la guerre apparemment plutôt impopulaire du gouvernement américain en Irak. In the Valley of Elah tourne autour de Tommy Lee Jones ‘Hank, un Texan patriotique qui devient détective pour enquêter sur la disparition de son fils après avoir effectué une période de service en Irak.



 

ENTRETIEN AVEC PAUL HAGGIS

 

 

40 ans de carrière / Scénariste de séries et de films

 

Franchise James Bond en 2006 et 2008

Trois films Clint Eastwood en 2004 et 2006

 

Deux films écrits et réalisés

2004 / Crash et 2007 / Dans la vallée d’Elah

 

 

 

L’histoire est-elle vraiment venue d’un article de Playboy ?

Avant cela, cela a commencé avec des articles et des choses que je voyais en ligne; les choses que les troupes tiraient en 2003/4 et postaient. J’ai trouvé certaines de ces images vraiment dérangeantes. L’une était une vidéo rock qu’un gamin qui était là-bas avait coupé ensemble. Il y avait des roquettes qui volaient, des bâtiments et des chars explosaient, puis il y avait une photo d’un de ces enfants posant avec un cadavre brûlé et s’amusant avec. Ensuite, il y avait plus de roquettes, plus de canons, plus de chars qui roulaient, puis il y avait un corps au sol qui était en morceaux. Un de ces enfants a pris la main et l’a fait signe à la caméra. J’ai trouvé l’histoire de Mark Boale. L’histoire d’un homme qui cherchait son fils de retour d’Irak apparemment et qui avait disparu. Le père un ancien officier de la police militaire, commence sa propre enquête lorsque l’armée ne semble pas intéressée à résoudre le mystère. Il obtient finalement l’aide d’un détective de la police d’une petite ville, qui encore une fois ne semble pas très intéressé mais est obligé d’aider. Je voulais raconter l’histoire pas de mon propre point de vue. Je manifestais bien avant cette guerre et je pensais que personne n’accepterait ce point de vue.

 

 

En tant que père, pourriez-vous envoyer l’un de vos enfants à la guerre ?

Ce serait la décision la plus difficile de ma vie. Je ne suis pas contre toutes les guerres, mais il faudrait avoir une sacrée bonne raison d’envoyer votre fils ou votre fille se battre ou d’y aller vous-même. Ce qui se passe en Amérique ces gens du gouvernement très cyniques manipulent les jeunes et les font se porter volontaires pour servir dans un endroit [comme l’Irak]. Ils y vont en pensant qu’ils peuvent faire quelque chose. Beaucoup d’entre eux se sont joints juste après le 11 septembre et voulaient soutenir leur pays être un héros. Et nous avons raconté ces histoires à ces enfants, comme l’histoire de David et Goliath. Nous leur racontons ces histoires et ils grandissent en voulant être cela.

 

 

Pensez-vous que le public est encore prêt pour des films sur l’Irak ?

Je ne sais pas. Vous ne faites pas de film parce que le public y est prêt. Vous faites un film parce que vous avez des questions qui vous tiennent à cœur. Je me suis mis à la place de ces hommes et je ne savais pas ce que j’allais faire. Donc, je savais que je devais écrire ce film, je devais faire ce film. Beaucoup de cinéastes font exactement la même chose en ce moment. Donc, vous faites le film et si le public vient, il vient et si ce n’est pas le cas, alors ce n’est pas le cas. Mais vous devez faire le film et vous devez raconter l’histoire.

 

Le rythme est volontairement lent. Pourquoi était-ce ?

C’est une histoire très pensive mais en même temps je voulais que ce soit un mystère de meurtre. Il s’agit d’un homme qui est très attentionné et qui ne parle pas beaucoup. Il essaie juste lentement, obstinément de découvrir la vérité. J’essayais de refléter lui et son voyage. Je l’ai tourné comme un Américain classique…presque un Western. Si vous regardez les films de John Ford, comme The Searchers dans le ton et la sensation sont très similaires.

 

Dans quelle mesure Clint Eastwood a-t-il contribué à sa fabrication ?

Clint est un grand ami. C’est la raison pour laquelle le film a été réalisé. Je l’ai emmené partout à Hollywood pendant six ou sept mois et je n’ai pas pu le vendre, alors je lui ai apporté. Je lui ai demandé de lire l’histoire que Mark Boale a écrite, ce qu’il a fait et il a dit qu’il aiderait à le faire. Il l’a donc apporté à Warner Bros et ils m’ont acheté les droits et j’ai pu écrire le scénario. Ensuite, nous avons dû concocter le financement de manière indépendante, car c’est un film indépendant.

 

Est-il vrai que Clint s’est retiré du jeu ?

Vous savez que c’est une bonne question. Il m’a dit qu’il n’allait plus jouer. Mais ensuite il a dit: “Eh bien, peut-être que ce n’est pas vrai!” Il pourrait trouver quelque chose. Mais il a dit: «Si j’allais sortir et dire qu’un film était mon dernier film en tant qu’acteur, alors je ne pense pas que je peux faire mieux que Million Dollar Baby, n’est-ce pas Paul ? Il est difficile de contester cela. Le truc avec Clint, c’est qu’il vous surprendra toujours. C’est ce qu’il y a de merveilleux chez lui. Quoi que vous pensiez de lui, vous vous trompez. C’est juste un homme de contradictions et il aime surprendre les gens.



 

Comment choisissez-vous les projets que vous allez écrire et ceux que vous dirigez ?

Les projets ont tendance à me choisir. J’ai des questions qui me rongent et je sais que je veux vraiment faire ce film et je sais que je veux le faire en tant qu’écrivain et réalisateur, généralement je veux le voir à travers. C’est généralement quelque chose que les gens ne feraient pas de toute façon! Celles que j’écris sont simplement parce que je les aime. J’écrirai n’importe quoi pour Clint Eastwood, par exemple. C’est un grand cinéaste et j’ai le privilège de travailler avec lui. Ce sont toutes des décisions faciles de ma part.

 

Comment s’est passée votre expérience de travail avec Tommy Lee Jones ?

Il était super. Ce n’est pas du tout un homme facile, mais je ne suis pas un homme facile, alors nous avons bien travaillé ensemble. Si vous obtenez son respect et que vous le gardez, alors tout va bien. Il a juste besoin de se sentir en sécurité, comme n’importe quel acteur, et qu’ils puissent expérimenter pour vous donner ce dont vous avez besoin. Il était merveilleux mais aussi Charlize, Susan, Jason et Josh.

 

Vous ne pouvez imaginer personne d’autre que Tommy Lee Jones jouer le rôle une fois que vous l’avez vu. ?

Pour moi, ce n’est pas tant sa personnalité que sa capacité d’acteur. Il est juste devenu ce personnage si profondément. Mais c’est ce que fait un grand acteur. Vous regardez Crash avec Matt Dillon, et Sandra Bullock et Don Cheadle tous ces acteurs, vous ne pouvez imaginer personne d’autre jouer les rôles. C’est ce qui se passe lorsque vous avez de grands acteurs.

 

 

Il y a une scène incroyablement poignante à la morgue après que Susan Sarandon ait vu la dépouille de son fils pour la première fois. Est-ce que c’était l’une des scènes que vous deviez ajouter une fois qu’elle vous avait renvoyé le script la première fois ?

Je savais qu’elle n’allait pas faire le film parce que son personnage était si petit. Mais vous essayez toujours, alors je lui ai envoyé, elle l’a lu et a dit qu’elle adorerait travailler sur le film, mais il n’y avait tout simplement pas de vraies scènes pour elle. Alors, j’ai suggéré ” Et si ce personnage venait voir son fils ? ” Et j’ai écrit cette séquence sur mon ordinateur portable pendant que je conduisais sur le siège avant d’une camionnette de reconnaissance à la recherche de lieux et je la lui ai renvoyée, elle a adoré et a dit qu’elle voulait le faire. Et grâce à Dieu, je l’ai ajouté car c’est l’une des meilleures scènes du film. Elle est tout simplement géniale.