Inde ! Regarde moi…

 

Avant de quitter Bijapour, passage dans un marché encore très calme, il est 9 heures du matin. Achats de bananes et gateaux en prévision et direction Badami un “Village” pour Muthu mais de 30 000 habitants…

 

Nous imaginions un transfert calme et rapide mais l’Inde peut vous surprendre à tout moment…

 

 

 

 

L’Inde est composée de plusieurs milliers d´ethnies différentes en deux grands groupes, les Indo-Aryens et les Dravidiens. Les Dravidiens, civilisation indienne de l´Indus, refoulés vers le sud à l´arrivée des Aryens, venus d’Asie Centrale au  2e millénaire avant J.-C. Aujourd´hui, la population est composée de 72% d´Indo-Aryens et de 25% de Dravidiens + une minorité d´origine turco-mongole.

 

L’Inde…1,38 milliard d’habitants en 2022 soit 17,2% de la population mondiale. Le plus peuplé au monde  en 2023 devant la Chine. Taux de croissance de 1,2% en 2014. Longue tradition des recensements depuis le 19ème siècle, avec la colonisation britannique. Tous les dix ans depuis 1881. Le dernier en 2010-2011 et deux millions de fonctionnaires employés. Les données biométriques (photographie et empreintes digitales) recueillies auprès de tous les citoyens de plus de 15 ans doivent permettre de créer un Registre national de la population et de délivrer à tous les Indiens un numéro et une carte nationale d’identité. Recensement quantitativement le plus important de l’histoire de l’humanité.

 

 

 

 

Le Rapport sur les inégalités mondiales 2022, coordonné par plusieurs experts, met en lumière les conséquences de la pandémie de Covid-19 sur les disparités de richesse à travers le monde et plus particulièrement en Inde. L’Inde fait désormais partie des pays les plus inégalitaires dans le monde et les auteurs du rapport qualifient même l’Inde “de pays pauvre et très inégalitaire, avec une élite aisée”.



Revenu national…

Somme des revenus perçus par les individus résidant dans un pays donné au cours d’une année.

 

Le revenu national moyen de la population adulte indienne est estimé à 204 200 roupies (2 385 euros) cette donnée n’illustre pas du tout la répartition du revenu national entre les plus pauvres et les plus riches…50% les plus pauvres gagnent seulement 53 610 roupies (625 euros), et les 10 % les plus riches gagnent 1 166 520 roupies, soit 20 fois plus (13 600 euros).

 

 

Le 1% de la population la plus aisée du pays gagne en 2021 plus d’un cinquième du revenu national total et la moitié inférieure gagne seulement 13% du revenu national total. La majorité de la richesse en Inde est possédée par les 10% les plus riches. Selon le rapport, la richesse moyenne des ménages en Inde s’élève à 983 010 roupies (11 480 euros) les politiques de déréglementation et de libéralisation mises en œuvre depuis le milieu des années 1980 ont conduit à ” l’une des augmentations les plus extrêmes des inégalités de revenus et de richesse observées dans le monde “.

 

 

Les 50% des ménages indiens les plus pauvres ne possèdent presque rien. La classe moyenne est également relativement pauvre, puisqu’elle possède seulement 29,5% de la richesse totale du pays, alors que les 10% et 1% les plus riches détiennent 65% et 33% de la richesse totale. La crise sanitaire due au covid-19 a engendré une précarisation de milliers d’Indiens et profité aux Indiens les plus riches. En 2020, 40 Indiens sont entrés dans le club des milliardaires et Mukesh Ambani, l’homme le plus riche du pays, a vu sa fortune augmenter de plus de 20%. Gautam Adani, le deuxième milliardaire indien, a doublé sa fortune en 2020. Durant les manifestations contre les réformes agricoles qui se sont déroulées de septembre 2020 à décembre 2021, un des slogans était…“Nous ne voulons pas dépendre d’Ambani – Adani”.

 

 

 

 

EPICES EN INDE…L’élément incontournable de la cuisine Indienne, est le “Chili” que vous trouvez dans les plats Indiens. Le Midi si possible, arrêt dans un restaurant VEG…Premier critère, des voitures devant, le deuxième commander un “Tali” composé de riz, et plusieurs coupelles aux différents goût ou bien sur une feuille de bananier.

 

 

Pour rejoindre les deux sites archéologiques de la journée nous quittons une route rapide et pour notre plus grand bonheur croisés différents métiers…Depuis notre arrivée, nous mangeons épicés et parfois fortement…Nous sommes dans la pleine saison de ramassage du “Chili” .

 

 

Triage sur la qualité de l’épice sur des baches, sous un soleil brûlant et sans aucune protection, qui explique des femmes totalement recouvertent de tissus.

 

 

 

 

 

Arrivée sur le premier site archéologique remarquable, une des raisons de notre venue pour deux nuits sur Badami avant de passer sur Goa, un autre des 29 états de la république fédérale de l’Inde.

 

 

SITE DE AIHOLE

 

Berceau de l’expérimentation des temples, des sculptures et autres arts de la Pierre.

 

 

Les monuments d’Aihole sont situés dans l’État indien du Karnataka au milieu des villages ruraux, des fermes, des collines de grès et de la vallée de la Malprabha. Le site s’étend sur 5Km2 et conserve plus de 120 monuments hindous, jaïns et bouddhistes du IVe au XIIe siècle de notre ère. La région est également un site pour les dolmens préhistoriques et les peintures rupestres. Les temples hindous sont dédiés à Shiva, Vishnu, Durga, Surya et autres divinités hindoues. Les temples Jain Basadi sont dédiés à Mahavira, Parshvanatha, Neminatha et autres Jain Tirthankaras. Le monument bouddhiste est un monastère. Les deux monuments hindous et jaïns comprennent des monastères, ainsi que des services sociaux tels que des réservoirs d’eau de puits avec des sculptures artistiques à proximité des principaux temples.

 

De la région de Badami, a émergé une architecture et des techniques de construction des temples mais aussi des œuvres d’art en pierre. Concrétisé par 16 types de temples autoportants et 4 types de sanctuaires taillés dans la roche. L’expérimentation dans l’architecture et les arts qui a commencé à Aihole a donné le groupe de monuments à Pattadakal, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

 

 

 

 

Le Temple de Durga

 

Architecture majeure du site d’AIHOLE

 

 

Il ne doit pas son nom à la déesse Durga, mais à une forteresse, peut-être une enceinte, qui entourait le temple. Aussi on peut parler du « temple Durga », qui le nomme sans pour autant l’attribuer à un culte de la déesse. On ne sait pas à quel dieu il était dédié car les représentations de Vishnu sont aussi nombreuses que celles de Shiva. La caractéristique la plus originale du temple est un péristyle délimitant un déambulatoire qui fait le tour du temple proprement dit et dont les murs sont couverts de sculptures de différents dieux ou déesses. Il a été construit entre le VIIème et le VIIIème siècle par la dynastie des Chalukyas, à proximité des deux capitales chalukyas Badami et Pattadakal.

 

 

Le temple est de plan oblong et absidal. C’est-à-dire que le corridor à piliers, mandapa, qui se trouve entre le porche et le cœur du sanctuaire est englobé par le rituel avec le cœur du sanctuaire et permet d’en faire le tour pour le parikrama, la circumambulation rituelle. Cette abside donne sur l’extérieur par des ouvertures entre les piliers. Ce plan absidial serait inspiré par les constructions bouddhistes de type chaitya. Le cœur du sanctuaire est surmonté d’une tour qui annonce les futures tours de plus grande hauteur shikhara-s et vimana-s.

 

 

 

 

 

 

SITE DE PATTADAKAL

 

Centre culturel porté par une force créatrice.

 

 

 

Site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO pour ses temples de l’hindouisme, datant du VIII ème siècle. De nombreuses infrastructures religieuses sont dédiées à Shiva, elles ont été construites par la dynastie Châlukya. Les temples sur un axe Est-Ouest depuis l’entrée jusqu’au sanctuaire mais leurs plans varient, tout comme leurs dates de fondation témoignent d’expériences fondatrices dans l’architecture des temples hindous.

 

 

Pattadakal était l’une des deux capitales châlukya avec Badami, une petite ville située à environ 40 km à l’Ouest. Le site voisin, d’Aihole, appartient à la même période et permet des comparaisons avec l’art gupta. La particularité du site provient de la présence conjointe des styles dravidien ou méridional et nagara ou nordique de l’architecture indienne. 

 

 

 

 

 

 

 

 

UN JOUR = UNE FÊTE

 

En traversant un village, nous apercevons une procession joyeuse et colorée…Un stop et nous voilà pour un moment court mais intense, au coeur de cette procession dont nous ne connaissons ni l’histoire, ni la signification. 

 

 

Extraordinairement bien accueillis nous partageons un instant de fête, comme il y en a chaque jour dans ce Pays&Continent, il suffit d’être là au bon endroit et bon moment et de se laissez porter par la ferveur de cet incroyable peuple !

 

 

 

 

INDE REGARDE NOUS !

 

 

 

A Suivre…