PYTHAGORE et son théorème…

 

Pythagore, est un célèbre mathématicien à qui on doit l’invention du théorème de Pythagore, l’un des principaux calculs en géométrie. Bien que plus connu pour sa contribution légendaire aux mathématiques, ses travaux et ses idées philosophiques ont eu une grande influence sur la philosophie moderne et sur Platon. Il considérait le monde comme une parfaite harmonie et visait à enseigner comment mener une vie harmonieuse. Certaines légendes indiquent également qu’il fut le premier à enseigner que la Terre était ronde.

 

 

Pythagore de Samos (VIe siècle av. J.-C.) est un des mathématiciens les plus connus de nos jours, notamment grâce à son théorème qui accompagne le quotidien des écoliers. Pourtant, on ne possède aucun document historique directement rédigé de sa main. Comme pour la plupart des savants antérieurs à Platon (IVe siècle av. J.-C.), les premières biographies disponibles ne sont écrites que des siècles plus tard par des historiens grecs. Il existe quatre biographies de Pythagore, dont deux qui se distinguent par leur ampleur, il s’agit des récits de Diogène Laërce et de Jamblique, tous deux datant environ du IIIe siècle. Il s’est donc écoulé plus de huit siècles entre Pythagore et ces textes ! Les descriptions de sa personne ont donc subi des altérations avec le temps, ce qui explique pourquoi il est décrit comme un véritable dieu vivant. Il est difficile de dire si un fait quelconque, mentionné dans ces biographies, est authentique ou pas. Cependant, ce mystère fait aussi partie du charme de la Grèce antique, c’est la raison pour laquelle cet article exposera, sans trop de retenue, des éléments de la vie de Pythagore telle qu’ils sont présentés dans ces vieux textes.

 

 

 

 

 

 

UNE VIE DE VOYAGES

 

Mnesarchus, son père, et Parthenis, sa mère, vivaient sur l’île de Samos. Durant un voyage d’affaires, son père consulte l’oracle de Delphes, appelée la Pythie, qui lui prédit la naissance prochaine d’un fils dont la beauté et la sagesse surpasseront celles de tout autre être humain. À son retour, en l’honneur de cette annonce divine, Mnesarchus change le nom de sa femme en Pythais et baptise son fils Pythagoras, qui signifie littéralement “annoncé par la Pythie”. Dès ses premières années, l’enfant fait preuve d’une intelligence et d’une sagesse exceptionnelles. Sa réputation s’étend peu à peu aux pays voisins jusqu’à atteindre le célèbre Thalès de Milet, reconnu comme l’un des sept sages de l’antiquité grecque. À l’âge de dix-huit ans, le tyran Policrates arrive au pouvoir. Pressentant qu’un tel gouvernement constituerait un obstacle pour sa formation, Pythagore décide de quitter le pays. Il entame alors une série de voyages qui dureront plus de vingt ans et qui le mèneront dans les lieux où la connaissance de l’époque était la plus féconde. Il étudiera la philosophie et les mathématiques aussi bien auprès de penseurs grecs comme Anaximandre et Thalès, que sous la tutelle de prêtres égyptiens. Il passera également par Babylone où il y subira une certaine influence vestimentaire orientale.

 

Jamblique rapporte que lors d’une traversée sur un bateau, Pythagore s’est assis calmement et a gardé la même position durant des jours entiers, sans bouger ni même se nourrir. Par la suite, les marins du bateau ont conclu qu’ils ont transporté une divinité à leur bord. Au fil des années, la rénommée de Pythagore ne cesse de s’étendre et lorsqu’il revient à Samos, alors âgé de plus de cinquante ans, il décide de commencer à enseigner. Malheureusement, ses enseignements ne récoltent que peu d’engouement, les gens de Samos étant peu intéressés par les disciplines mathématiques. Pythagore n’aura au final qu’un seul véritable élève, un jeune homme talentueux et dévoué qui finira même par adopter le même nom de famille que son maître. Sans cesse sollicité par des gens venant de la Grèce entière pour le consulter à propos de politique d’affaires publiques, Pythagore décide de quitter son pays pour s’installer définitivement en Italie, à Crotone, où il pourra à nouveau se concentrer sur ses recherches personnelles. C’est là qu’il rassemble des centaines d’adeptes pour fonder la secte des Pythagoriciens qui perpétuera ses enseignements durant des siècles entiers.

 

 

Les circonstances de sa mort varient très fortement d’un auteur à l’autre. Certains affirment qu’il aurait été assassiné par des gens de Crotone à la suite d’une émeute politique. D’autres disent qu’il serait mort bien après, de famine et de désespoir…On se contentera de penser que pour les gens de l’époque, une simple mort humaine ne pouvait convenir à un homme que beaucoup voyaient comme un véritable dieu.

 

 

LA SECTE DES PYTHAGORICIENS

 

 

Pythagore livrait ses enseignements en public. Cependant, il n’en réservait les éléments les approfondis qu’à un public plus restreint constitué des Pythagoriciens. Ce sont ces derniers qui forment la secte dirigée par le philosophe. Ceux qui étaient autorisés à l’écouter à l’extérieur étaient nommés avec mépris, pour certains les Pythagoristes. Les Pythagoriciens privilégiés devaient vivre en commun et partager tous leurs biens, contrairement aux Pythagoristes qui pouvaient continuer à mener une vie indépendante. De plus, un certain nombre de règles, appelées symboles, devaient être respectées par les Pythagoriciens. Pour ces raisons, il est vraisemblable qu’ils formaient une secte. Les symboles concernaient toutes sortes d’aspects de la vie quotidienne, et certains d’entre eux sont particulièrement exotiques. En voici quelques exemples, issus du Protreptique de Jamblique…

 

Tiens-toi à l’écart de tout vase qui contient du vinaigre.

 

Abstiens-toi de manger des êtres animés.

Les Pythagoriciens manifestaient un grand respect pour la vie animale, notamment parce qu’ils croyaient en la métempsycose. Il s’agit d’une doctrine, peut-être inspirée chez Pythagore par son séjour en Égypte, qui consiste à croire qu’à sa mort, l’âme d’un être vivant passe dans le corps d’un animal en attendant la prochaine réincarnation. Les membres de cette secte se divisaient encore en deux groupes.

 

 

 

Les Akoustikoi recevaient un enseignement sans aucune démonstration. Le mot akoustikoi grec provient de akousmata qui signifie “les choses entendues”; les akoustikoi se contentaient en effet d’écouter, simplement. Ils étaient dirigés par un des meilleurs disciples de Pythagore, nommé Hippase de Métaponte. C’est d’ailleurs celui-ci qui a démontré l’incommensurabilité (c.-à-d. l’irrationnalité) de. On raconte qu’il aurait été jeté à la mer à la suite de cette découverte, car elle constituait un sacrilège envers la philosophie de Pythagore…

 

Les Mathematiko était constitué des véritables initiés, ceux qui recevaient l’enseignement complet donné par Pythagore en personne. Ce groupe était d’ailleurs en violent conflit avec celui des akoustikoi. Leur désignation provient du terme mathemata qui signifie “les choses apprises”, on les appelait i. C’est ce groupe d’initiés qui est à l’origine de l’appellation actuelle des mathématiques. Quel voyage !