2020 – Sans espoirs…

 

Année noire pour le cinéma…Comment se relever de cette crise mondiale, alors que les plateformes médias inondent le marché de films pour beaucoup produit rapidement à moindre coût excepté quelques “coups” comme chez Netflix pour le moment dominateur sur ce marché extrêmement concurrentiel. Un exemple avec le dernier film de David Fincher “Mank” en noir et blanc avec un extraordinaire Gary Oldman pour nous raconter une histoire de cinéma et pas n’importe laquelle, celle de la conception de Citizen Kane une des références absolue dans l’histoire du cinéma. Ironie de l’histoire…

 

En attendant prenez le temps de voir ce film qui devait sortir en salle…Malgré deux visions sur un téléviseur tellement plus triste qu’un bel écran, le film garde une puissance rare dans un film de guerre, par ses personnages marqués et marquants, des scènes de combats réalistes proches de celles du film de Spielberg il faut sauver le soldat Ryan, ou bien la scène de fusillades à Los Angeles dans Heat, par le respect de la langue du pays porté par des acteurs inconnus du grand public à l’engagement total. Une histoire simple dans un monde complexe et impitoyable. JP

 

 

 

Casting composé d’inconnu du grand public. Dialogues entièrement en arabe.

 

Basé sur un article du New Yorker de Luke Mogelson, film produit par Anthony et Joe Russo producteur de l’univers Marvel Captain America The Winter Solider, Captain America Civil War, Avengers Infinity War, et Avengers Fin de partie. Premier long métrage du scénariste Matthew Michael Carnahan scénariste en 2007 du thriller The Kingdom de Peter Berg. State of Play en 2009, World War Z de 2013 et Deepwater Horizon de 2016. Le film était initialement prévu pour une sortie en salles et diffusé par Netflix en 2019.

 

 

Mossoul suit un flic inexpérimenté Kawa (Adam Bessa) sauvé d’une terrible fusillade par l’équipe d’élite du SWAT de Ninive dans les rues de la ville irakienne au cœur d’une mission dangereuse pleine de défis déterminée à anéantir les forces de l’Etat islamique restantes chez elles. Mission dirigée par le sage major Jasem, joué par l’acteur irakien Suhail Dabbach. Il était l’un des principaux acteurs du pays avant le renversement de Saddam Hussein…A ma première audition, ils m’ont raconté l’histoire du film que le film serait entièrement en arabe et que je deviendrais le personnage principal…Cela ne m’étais jamais arrivé.”

 

 

 

Génie formel pour tragédie moderne

par Marc-Aurèle Garreau

 

Mossoul a a priori tout de l’attirail musclé du film américain qui s’encanaille dans un conflit guérilla style. On jette un œil et les crédits donnent une idée, avec les frères Russo à la production et un primo-réalisateur aux commandes, scénariste de métier. On pourrait être dans la configuration Tyler Rake on y est en partie mais en réalité la surprise est là, et de taille. Dans leur carrière post-Avengers, les frères Russo ont toute liberté. Libres de refaire s’ils le souhaitaient ce qu’ils ont déjà fait, ils ont plutôt choisi de développer des projets ambitieux et différents, en faisant monter au créneau une nouvelle génération de professionnels du cinéma hollywoodien. Pour Tyler Rake, c’était Sam Hargrave, chorégraphe de combats et coordinateur de cascades, à la réalisation. Pour Mossoul, c’est Matthew Michael Carnahan, scénariste de métier et à l’œuvre notamment sur The Kingdom, World War Z et Dark Waters.

 

 

La bataille de Mossoul, une histoire indicible…

 

Si Mossoul ne présente aucun effet retors de scénario et une narration simple et très directe, c’est dans le choix du sujet qu’on reconnaît l’œil du scénariste. Il y a une histoire à raconter, simple dans son terrible mécanisme, directe dans sa brutalité et son horreur. Cette histoire est celle de la bataille de Mossoul, qui a eu lieu entre octobre 2016 et juillet 2017. S’y sont affrontés les combattants de l’État islamique, qui tenaient la ville depuis 2014, et les forces irakiennes alliés à une coalition internationale incluant notamment les États-Unis, la France, la Turquie, le Canada, et d’autres pays. On estime à environ 1500 morts les pertes du côté de cette coalition, et plusieurs milliers dans les rangs de l’État islamique. Maison par maison, quartier par quartier, les combats font rage et laissent la ville en ruines, avec presque un million de civils déplacés.

 

Mossoul raconte, dans les derniers jours de la reconquête de la ville, la mission d’un groupe d’élite de la police de Mossoul, le Nineveh SWAT Team. Pour découvrir qui sont ces hommes et ce qu’ils font, on suit le jeune Kawa-Adam Bessa, jeune policier sauvé in extremis par le Team et leur chef, le major Jaseem-Suhail Dabbach qui n’a jamais cessé de se battre contre l’EI et a tué tellement de ses combattants qu’ils sont les seuls à ne pas se voir offrir le choix de rejoindre l’EI en cas de capture, et sont sommairement exécutés. Kawa les rejoint, et va vivre avec eux les combats pour libérer leur ville, et espérer rejoindre leurs familles.



 

Une plongée haletante dans des combats acharnés…

 

Caméra nerveuse à l’épaule, le cadre nous emporte au plus près de ces hommes aguerris mais en manque de tout…de munitions, de soins, et aussi de légitimité. En dépit du cadre conventionnel qui les oblige à combattre aux côtés des forces régulières, ils ne font confiance à personne et agissent de leur propre chef. Ainsi craints également par les combattants de l’EI que par les soldats irakiens, ils traquent et tuent sans relâche sur leur chemin. Matthew Michael Carnahan réussit un film d’action spectaculaire et haletant, sans laisser une seconde de répit. Aucune longueur, aucun dialogue superflu qui viendrait détourner les hommes de leur mission ou le spectateur de l’écran, complètement embarqué avec le Nineveh SWAT Team.

 

Tourné en partie avec des acteurs de la région et quelques têtes un peu plus connues, parlé entièrement dans le dialecte local, Mossoul est d’un réalisme remarquable. L’armement, les véhicules, les intérieurs et les extérieurs détruits, la poussière omniprésente des gravats et des tirs…Tout témoigne du soin maniaque apporté à la reconstitution. Violent sans jamais être gratuit, aride à l’extrême, Mossoul nous plonge sans ménagement dans une langue, un endroit et une psychologie qu’on ne connaît que mal. Habitué à ses héros, ses guerres et ses enjeux, le public occidental se prend logiquement une claque tant sur l’action que sur la dimension presque documentaire de ce qu’a été la bataille de Mossoul, et le sacrifice d’une génération d’hommes pour libérer leur ville et leurs familles. On ne voit pas le temps passer, mais on sort du visionnage épuisé, choqué, et le cœur lourd. Mossoul a cette qualité sans y prétendre par des jolis mots et de louables intentions, il réussit à nous faire vivre un conflit militaire dont l’extrême gravité n’a d’égale que sa difficulté à être abordé. Le califat auto-proclamé par l’État islamique entre 2014 et 2019 sur les territoires qu’il contrôlait en Irak et en Syrie est une des tragédies modernes les plus dramatiques, dont la folie terroriste a frappé et frappe encore le monde entier. Une réalité et une horreur encore difficile à concevoir, mais avec une économie de mots, seulement au vu et au son des tirs et des explosions qui ravagent Mossoul, le film de Matthew Michael Carnahan et des frères Russo finit par faire naître une profonde émotion et le souvenir impérissable du destin de ces hommes.

 

 

 

 

 

ENTRETIEN AVEC MATTHEW MICHAEL CARNAHAN

C’est la première fois que je disais…Je l’écrirai si je peux le diriger.

 

Avez-vous gardé un œil sur le Moyen-Orient depuis The Kingdom

Ma dernière année au lycée lorsque la première guerre du Golfe a eu lieu, donc à bien des égards, je surveille cette région depuis près de 30 ans maintenant, et nous sommes dans un état de guerre, Cette partie du monde m’a toujours fasciné, prenez Bagdad l’un des joyaux fondateurs de la civilisation moderne et synonyme de guerre pour l’Occident ce qui m’a toujours fascinée.

 

Quand le film est en arabe, connaissiez-vous la langue ?

Non, je l’ai écrit en anglais, puis nous avons commencé le processus de traduction avec Amina Anada originaire d’Egypte, il y a aussi un professeur de linguistique à Marrakech nommé Dr. Abbas, qui est né et a grandi à Mossoul, et a fait toute sa scolarité formelle à Bagdad. Et puis 10 membres de la distribution et de l’équipe étaient nés en Irak. Suhail a passé la majeure partie de sa vie en Irak. Mon directeur de scénario Zainab Al Hariri est né et a grandi pour la première partie de son enfance en Irak. Son père, qui est médecin, faisait partie du groupe qui a tenté de tuer Saddam, mais il y avait beaucoup de monde autour, alors ils ont annulé la tentative.

 

 

Tout ce que j’ai entendu, ils l’avaient, mais ils ne voulaient pas tuer des civils innocents. Mais c’est la chose même qui a finalement révélé la cabale. Elle et sa mère ont dû fuir à Londres et elle n’a jamais revu son père. C’est là qu’elle est depuis. Donc, les histoires que vous commencez à raconter à propos de ces personnes qui se sont lancées dans ce film m’ont aidé à corriger non seulement chaque mot et chaque inflexion, mais il n’y a aucun moyen de le faire sans eux.

 

D’autres réalisateurs à qui j’ai parlé qui réalisent un film dans une langue qui n’est pas la leur ont tendance à apprécier le fait qu’ils peuvent se concentrer sur le langage corporel plutôt que sur le dialogue. Était-ce le cas pour vous ? Vous commencez à saisir phonétiquement certaines choses, je sais généralement ce qu’ils disent, même si vous n’avez aucune idée de la façon dont ils le disent parce que je l’ai écrit, et vous commencez à comprendre où quelqu’un qui est d’Amman, de Jordanie pourrait avoir une manière différente de dire le même mot. Nous avons essayé de faire de l’arabe en dialecte de Bagdad spécifiquement, mais après chaque prise, je regardais Zainab, Suhail, Sam Salih, Amina, et attendais le pouce levé, comme s’ils avaient compris cela ? Et il y avait quelques fois où, de mon point de vue, la prise était brillante, mais vous pouviez entendre quelqu’un avec un soupçon de dialecte d’Amman, en Jordanie, donc nous devions le refaire.

 

Est-il vrai que Suhail est également devenu un leader à cet égard en gardant le dialecte sous contrôle ?

Totalement. Dans son école des beaux-arts, il était l’acteur primé là-bas et il connaît évidemment le métier, mais aussi la langue, et très tôt, il est devenu la ressource de l’équipe, ce qui était juste un hasard pour nous. Cela fonctionnait à merveille qu’ils aient tous commencé à graviter vers lui, à la fois dans la formation tactique militaire, ainsi que dans la formation linguistique et dialectale.

 

Comment mettre en place une production comme celle-ci dans une autre culture ?

C’était un réseau mondial. Au début du processus de casting, nous avons réalisé que nous n’allions pas pouvoir faire sortir qui que ce soit d’Irak. C’était juste au plus fort de la folie de l’interdiction de voyager, et même si nous le pouvions, il semblait que cela allait prendre plusieurs mois pour les amener au Maroc, donc c’était une bête à deux têtes. Nous avons réalisé que si nous allions faire cela, ce plan de jeu initial consistant à trouver les meilleurs jeunes équipages et acteurs en Irak et à les amener n’allait pas fonctionner, alors nous avons juste commencé à suivre où nous pensions que la diaspora avait atterri. Un de nos acteurs est un étudiant en médecine au Michigan, Nous avons rédigé des dépliants disant « Venez faire une audition » et je ne cesse de le dire, mais sans mon équipe de casting, il n’y a littéralement pas de distribution, et nous les avons trouvés partout où nous pouvions les trouver.

 

 

Pendant que nous parlons de géographie, l’une de mes scènes préférées dans le film est de savoir comment vous pouvez briser les différences culturelles entre les différentes factions en Irak pendant la scène où des cigarettes sont offertes en échange de balles. Comment avez-vous trouvé comment gérer cela de manière aussi organique ? C’était la partie la plus engageante de l’écriture du scénario, comment puis-je montrer la réalité tout en tournant les perceptions des gens ? je voulais montrer cette guerre dans toute sa complexité humaine.

 

Qu’est-ce que ça fait d’arriver à la ligne d’arrivée ? Une standing ovation de sept minutes à Venise, j’entends.

Tout d’abord, je ne suis toujours pas convaincu qu’ils ne donnent pas à chaque film une ovation debout de sept minutes, mais ça a été plus que ce que j’aurais pu espérer. Cela a été surréaliste, une période absolument épuisante et révélatrice. Et juste l’idée que ce film a été fait dans ce différent, peu orthodoxe et je dirai pour les Russo, manière courageuse car sans eux, et sans leur réputation, leurs capacités et leur soutien, il n’y a aucune version de cela. par n’importe qui n’importe où, donc c’est juste agréable de voir que cela peut peut-être se concrétiser pour eux. Cela a été la partie la plus agréable.

 

Les Russo ont eu un impact énorme sur le monde du cinéma, en co-dirigeant la série Avengers. Je me demande s’il y avait une scène spécifique dans l’un des films qu’ils ont réalisé qui vous a influencé lorsque vous faisiez Mossoul ? C’était l’attaque de l’autoroute dans Captain America mais aussi des moments d’action les plus marquants, l’assaut du soldat Ryan sur la plage, la fusillade de Heat étaient au sommet de l’esprit quand je pensais à l’action.

 

À quel point cela a-t-il été frustrant pour vous d’attendre si longtemps depuis la première de voir Mossoul sorti ?

Ma frustration est avec COVID plus que toute autre chose, c’est le monde dans lequel nous vivons qui est responsable. Je ne suis vraiment pas frustré, car je suis juste aux anges que non seulement cela va sortir, mais que cela va sortir sur Netflix. Fais attention à ce que tu souhaites ! 190 pays et des centaines de millions d’abonnés. C’est vraiment ce genre d’événement incroyable. J’aurais aimé qu’il soit vu en avril dernier, quand il devait initialement sortir, et le voir dans un théâtre aurait été intéressant, mais Netflix est la meilleure avenue possible pour cela, nous avons donc eu une chance extraordinaire.

 

Vous avez déjà travaillé sur de grosses productions, alors était-ce plus facile ou plus difficile que vous ne le pensiez de passer de l’autre côté ? Joe et Anthony Russo m’ont envoyé cet article et m’ont dit…Voulez-vous écrire ceci ? Lisez-le et voyez quel format vous pensez qu’il devrait prendre si vous voulez l’écrire. Non seulement je voulais l’écrire mais je devais le diriger. S’ils ne me laissent pas diriger, ils peuvent trouver quelqu’un d’autre pour l’écrire parce que cette idée de tomber amoureux de quelque chose, de l’écrire, puis de le remettre, je ne veux plus faire ça. Cela a été si difficile pour moi à plusieurs reprises où vous vous versez dans un script, et quelqu’un prend ce script, et ce n’est pas de sa faute, ils voient simplement ce script différemment, des choses différentes qui signifient plus ou moins pour eux que moi. Donc, juste d’un point de vue émotionnel et spirituel, c’était tellement plus facile que d’écrire et de transmettre, et il y a quelque chose de vraiment merveilleux, épuisant mais merveilleux, savoir si cela ne fonctionne pas, c’est à cause de vous. Il n’y a pas d’autre force là-bas qui va prendre ça et faire quelque chose de différent, tout est sur toi et j’ai adoré.

 

Était-ce important pour vous et les acteurs de garder le film en arabe pour lui donner un sentiment d’authenticité ? car c’est définitivement un film d’action avec violence, mais ce n’est pas de la « violence dans un film d’action », tout semble réel. Vous avez essentiellement répondu à la question. Je voulais que ce soit aussi authentique que possible. De la distribution au dialecte arabe de la ville irakienne et j’ai juste senti que raconter cette histoire d’une autre manière n’était pas intéressant, et que les gens ne répondraient pas. à. Je ne veux pas raconter une histoire sur un soldat qui me ressemble et qui montre à l’équipe la bonne façon de se battre, ces gars-là se battent depuis des années maintenant, ils en savent plus que quiconque dans le monde. Je voulais rendre justice à ces gars-là alors oui, le dialecte, l’action pour faire passer que les balles frappent les gens, ce n’est pas ce dernier moment glorieux. Il y a juste de la destruction. C’étaient toutes les raisons pour lesquelles je voulais faire comme nous l’avons fait.

 

 

Il n’y a pas de configuration au début du mouvement, il y a le texte du prologue au début et ensuite directement dans l’action. Était-ce délibéré, de commencer avec un bang et ensuite de mettre lentement l’histoire sur les personnages ? Absolument. Attirez l’attention de quelqu’un, montrez-lui à quel point ces champs de bataille sont complexes et difficiles, qui est qui. Qui suis-je ? Par exemple, embrassez la confusion pendant les premières minutes et laissez lentement l’équipe SWAT être la réponse aux questions soulevées par l’action « Vous pouvez vous battre. Je ne sais pas qui vous êtes ». Cela commence, pour donner en quelque sorte aux gens une idée de « Ce sont les gars que je suis. Ils sont méchants, mais ce sont les gentils et ils vont prendre ce jeune enfant et essayer de le garder en vie ». Ce critère est réel, cela faisait partie de l’article, pour entrer dans cette équipe SWAT, vous devez évidemment savoir comment vous gérer dans un échange de tirs, mais vous devez avoir perdu quelqu’un contre Daesh ou vous devez avoir été blessé pour simplement montrer aux gens à quel point c’est brutal, mettre cela en mouvement, en images, c’est pourquoi je voulais commencer par cette folle fusillade dans les trois ou quatre premières minutes du film.

 

Cela aide également à avoir les bons acteurs. Il y a beaucoup de films dans ce type de genre militaire où les personnages sont plus des chiffres que des personnes réelles, alors était-il important de donner aux personnages principaux des couches au lieu de leur donner le pouvoir à travers les scènes d’action sans respirer ? Pour moi, c’était la seule raison de faire le film. Vous pourriez obtenir des scènes d’action, littéralement de centaines de films, d’émissions de télévision et de séries différentes, mais pour montrer à l’humanité avec ces hommes d’une partie du monde que vous ne voyez pas ce genre de représentations. C’est pourquoi, je n’ai jamais voulu que quiconque dans ce film, pas même une seule fois, crie « Allahu Akbar ! ». Vous l’avez entendu des millions de fois, donc la raison de faire ce film est de montrer l’humanité de ces gars, et c’est pourquoi je suis tellement tombé amoureux des vidéos de ces gars avant même de les rencontrer. J’ai vu des vidéos sur cette connexion commutée à Marrakech, et je le savais dès le début. Cela peut sembler hyperbolique, mais il n’y a jamais eu de question dans mon esprit sur les personnages. C’était ces gars-là ou nous n’allions pas pouvoir le faire, et je connaissais ces couches et ces éléments humains fondamentaux que j’aime dans les personnages, dans les films que j’aime, ils allaient en quelque sorte donner vie à tout simplement en étant qui ils sont.

 

Comment décririez-vous Mossoul dans vos propres mots pour les gens qui le verront sur Netflix mais qui n’en ont peut-être pas entendu parler et qui pourraient être intéressés à le vérifier ? C’est une histoire sur un groupe de personnes que vous pensez être différent de vous, mais ce n’est pas le cas. Cette idée que j’ai essentiellement depuis le début de la guerre contre le terrorisme, qu’il y a tellement plus qui nous unit que nous divise. Cette équipe SWAT, pour moi, en est la preuve. Alors regardez ce groupe de personnes que vous ne connaissez pas qui veulent exactement les mêmes choses que vous. Chaque fois que vous êtes fatigué, chaque fois que vous voulez aller dans une zone de confort, vous pensez à ces gens et qu’ils ne peuvent pas retourner à l’hôtel et vous vous remettez sur pied et vous courez. Le truc entre les autres casting, nous en parlions toujours; nous avions ces moments chaque fois que quelqu’un était fatigué, nous le prenions et lui disions…Rappelez-vous pourquoi nous faisons cela. Rappelez-vous que les Russo et Matthew nous ont donné une occasion en or avec une première histoire arabe. Ces gens existent, pouvez-vous imaginer le poids qu’ils avaient sur eux ? C’est énorme ! Vous aurez le temps de vous reposer après trois mois de travail. Au moins, nous ne travaillons pas avec de vraies balles !

 

 

 

 

PAROLES DE PRODUCTEURS

 

 

 

Vous avez tous les deux eu un tel succès avec les films Marvel que votre nom associé à un projet comme celui-ci l’aidera massivement. Pensez-vous qu’utiliser AGBO pour mettre en valeur ces héros méconnus de l’équipe SWAT est presque votre moyen de redonner et de vous assurer qu’une histoire aussi importante que celle-ci reçoive l’attention qu’elle mérite ?

Vous savez, c’est extrêmement important pour nous. Cela remonte à nos origines en tant que cinéastes, Joe et moi avons commencé comme cinéastes sans budget à Cleveland, d’où nous venons. L’une des rares personnes à y avoir répondu était Steven Soderbergh. Il nous a encouragés à faire un autre film et a aidé à le produire, donc nous avons toujours ce sentiment sur nous-mêmes que nous n’aurions peut-être pas trouvé notre chemin dans le monde du cinéma si Steven n’avait pas vu quelque chose en nous qu’il reconnaissait comme précieux, et l’a soutenu. Depuis ce moment, Joe et moi sentons que nous avons une dette karmique envers l’univers de faire cela pour d’autres cinéastes, d’autres voix, d’autres histoires qui pourraient ne pas trouver leur chemin dans le système autrement. Nous pensons que c’est vraiment important. Il y a quelque chose que les artistes peuvent faire ou voir dans d’autres artistes et histoires que parfois le système de réalisation de films commerciaux ne voit pas ou ne reconnaît pas comme spécial. Lorsque nous avons créé notre nouvelle société, AGBO, alors que nous terminions notre film avec Marvel, c’était littéralement le premier film que nous avons réalisé et financé avec notre société. Nous n’aurions pas pu être plus fiers de faire quelque chose comme ça avec cette entreprise. Je ne sais pas qu’un film comme celui-ci aurait été réalisé d’une autre manière ou de cette manière. Nous avons considéré cela comme notre privilège spécial, notre opportunité et même notre responsabilité de présenter un film comme celui-ci à l’écran parce que nous le pouvions. Je dois mentionner que nous n’aurions jamais pu faire cela sans des partenaires comme le producteur exécutif Mohamed Al-Daradji. Il était très important pour nous de nous assurer que ce film vienne autant que possible du point de vue irakien, donc tout notre processus créatif a consisté à tendre la main à des partenaires comme Mohamed pour nous aider à raconter, à façonner et à façonner cette histoire, en aidant à garder il est ancré, authentique et spécifique, et Mohamed a été impliqué dans ce processus à chaque étape du processus.

 

Entre Extraction et maintenant Mossoul , une grande partie d’AGBO semble trouver et mettre en valeur des talents incroyables et diversifiés qui peuvent maintenant continuer à faire beaucoup plus à Hollywood. Est-ce une priorité pour vous ? et que diriez-vous de ce qui a fait de Suhail [Dabbach] et Adam [Bessa] les bonnes personnes pour avoir une si grande partie de cette histoire ?

Nous avons grandi dans le cinéma international. Nous vivions d’un cinéma Tex et c’était une partie très importante de notre inspiration en tant que conteurs. Ayant travaillé sur les films Marvel, nous avons eu la chance de parcourir le monde à plusieurs reprises pour les promouvoir. Nous sommes toujours fascinés par la narration régionale et les histoires régionales que nous trouvons. Nous pensons qu’il y a une nature cyclique dans les histoires hollywoodiennes qui peuvent devenir incroyablement redondantes, et trouver et célébrer d’autres artistes qui ont des points de vue différents, y compris des acteurs comme Suhail qui est littéralement aussi bon acteur que vous pourriez éventuellement trouver. Lui donner l’occasion de briller dans un rôle est non seulement gratifiant pour nous, mais nécessaire en raison de notre position privilégiée dans l’entreprise. Je pense que c’est le genre de choses qui nous sortent du lit tous les jours.