2012-Rumeur destructrice

 

Je suis très fier de ce que nous avons fait avec le Dogme et je pense que cela a inspiré beaucoup de réalisateurs, y compris Greengrass. Je pense que c’était important de le faire à ce moment-là. Il a mis un miroir contre la réalisation de films conventionnels et a dit: «Nous pouvons être différents». Je pense que cela a supprimé beaucoup de couches entre le public et l’histoire et les acteurs. À cet égard, c’était génial. Pour nous en plein milieu, c’était très vite fini. Pour moi, c’était un problème parce que j’ai fait The Celebration et que j’étais jeune. J’ai réalisé que je ne pouvais pas aller plus loin dans cette voie. C’était le mieux que je puisse faire dans cette direction, ce qui m’a laissé flotter dans les airs. Je ne savais pas où j’irais ensuite. Mais évidemment, les gens s’en sont inspirés.

 

Souvenir d’une soirée exceptionnelle avec le réalisateur Thomas Vinterberg pour son film en avant première à l’UGC Bordeaux et une visite guidée pour lui et sa femme dans le vieux Bordeaux le lendemain matin.  Mémo/JP

 

 

 

QUE LA BÊTE MEURE par Nicolas Bardot

 

Révélé en fanfare il y a bientôt 15 ans avec Festen, Thomas Vinterberg s’est fait peu à peu oublier au cours des années 2000. La Chasse est le film de la résurrection. Par bien des aspects, ce nouveau long métrage partage des liens avec Festen. Vinterberg aime gratter le vernis nickel d’une société danoise policée. Après l’anniversaire du patriarche, c’est pendant les lumineuses fêtes de Noël que le drame noir de La Chasse se noue. La forme, elle, est plus consensuelle. Oublié le Dogme, le filmage plus classique de Vinterberg est toujours au service, mais autrement, de son récit. Celui-ci, précis, concis, au laser, ne perd rien en intensité et en acuité.

 

Rumeurs, chasse aux sorcières, meute assoiffée par l’odeur du sang. Un sujet qui a dû parler à une certaine partie de la presse cannoise, celle qui était, l’an passé, très cliente de ce type de jeu lors du procès en carton fait à Lars Von Trier. Vinterberg parvient à irriguer insidieusement le venin de la suspicion sans faire des pantins de ses personnages. On saigne, on pleure et on souffre. Ainsi s’exprime l’humanité du héros (formidable Mads Mikkelsen) face au puits noir, désormais à jour, de ses voisins ressemblant aux villageois qui galopent derrière Frankenstein. La métaphore de la chasse au cerf paraît presque superflue pour parler de cette société et de son besoin irraisonné de brûler quelque poupée vaudou. Mais les choses ne sont pas si simples. A l’image de son dénouement, l’impression que les meubles retrouvent sagement leur place sonne faux. Une fois achevée, la chasse semble continuer. D’apparence modeste, La Chasse, comme un coup de feu, résonne longtemps encore en tête, longtemps après qu’on ait appuyé sur la gâchette.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA CURÉE

DES TEMPS MODERNES

par Ursula Michel

 

 

 

Les enfants sont-ils capables de mensonges ? Telle fut la question au cœur de l’affaire de pédophilie d’Outreau, question qui sert de point de départ au nouveau film de Thomas Vinterberg. Après avoir étrillé la famille et son apparente cohésion dans Festen, le réalisateur danois retrouve son terrain de prédilection, la désagrégation d’une communauté et la violence qui en sourd. Dans son film, il travaille le motif de la chasse aux sorcières mais la femme pourchassée durant des siècles a cédé sa place à l’homme, source de toutes les suspicions depuis l’avènement de l’enfant-roi. Du mensonge à la calomnie, de l’amitié à l’ostracisme, il ausculte les soubresauts moraux d’un village face à l’un des leurs, accusé d’attouchements sur une fillette. Que vaut la vérité face à la rumeur ? Vaste débat.

 

La pédophilie, tabou absolu du monde contemporain, conduit inévitablement à la sacralisation de la parole de l’enfant. Plus de présomption d’innocence, encore moins d’objectivité quand les dires d’une petite victime accusent. Thomas Vinterberg prend ainsi à bras le corps cette problématique, inversant le dispositif de son premier film. Alors que Festen déconstruisait la mécanique du silence face à l’inceste  avec la honte et la pression familiale faisant taire le crime, son nouveau métrage tente d’établir la cartographie évolutive d’une rumeur, d’un bruit qui court et se répand comme une épidémie. Le mutisme face au crime incestueux, qui permettait de conserver une façade harmonieuse, devient ici un hallali grégaire, explosant les liens amicaux. Une fois le mal injecté, rien ne peut le contenir. Ni le revirement de la petite fille, ni les dénégations de Lucas, abasourdi et incapable d’imaginer la déflagration que ces allégations vont produire sur son existence. Dès lors, on assiste au naufrage social d’un homme pourtant parfaitement intégré, et on découvre, stupéfait, la défiance idiote de ses concitoyens. Toujours prompt à l’excès, Vinterberg excelle dans le portrait de Lucas, trop confiant dans le jugement pondéré et circonstancié de ses pairs, mais exaspère lorsqu’il dépeint cette communauté. Sourds aux évidences, trop contents d’avoir débusqué le mal pour en douter, les habitants du village sont une caricature vivante. Impossible de ne pas être atterré en regard de leurs réactions, d’abord verbales, puis physiques. Cette volonté de Vinterberg de « charger » ces personnages dessert son film en le lestant d’un irréalisme pesant. Le suivisme, l’absence de réflexion sont au cœur de la propagation des rumeurs, mais l’acharnement du metteur en scène à ne montrer que la vilenie humaine face à la dignité sans faille de son héros piège le film dans un manichéisme facile.

 

Selon Vinterberg, il semblerait que lorsque la rumeur est plus forte que l’histoire, on imprime la rumeur. Vis-à-vis de ce constat navrant, on aurait aimé plus de nuances. Cette Chasse, effrayante en soi, perd malgré tout de sa pertinence, au fur et à mesure de la mise à mort de son personnage. Dommage quand on connaît la capacité du Danois à embrasser les sujets les plus sulfureux.

 

 

Pour les cinéphiles Thomas Vinterberg a une place spéciale dans l’histoire du cinéma pour avoir co-créé le mouvement cinématographique des années 90 le Dogme 95 avec Lars Von Trier. Vinterberg a réalisé le premier et le meilleur film du Dogme Festen. Cette histoire incendiaire de maltraitance secrète d’enfants dans une famille riche lui a valu une Palme D’or en 1998 et a lancé sa carrière.

 

 

 

        ENTRETIEN AVEC THOMAS VINTERBERG

 

Alors, où est-ce que cela a commencé pour vous ? Un lien avec Festen ?

Il y avait un psychiatre vivant dans ma rue et je ne le connaissais pas mais il a frappé à ma porte et m’a dit: «Vous avez fait Festen? Il y a un autre film que vous devez faire parce que j’ai beaucoup de ces cas sur mon bureau ».

J’ai attendu quelques années avant de le lire. Je l’ai rangé et quand j’ai eu besoin d’un psychiatre huit ans plus tard, je l’ai pris et lu. Je ne suis pas un prédicateur, je ne suis pas là pour informer le monde sur les questions morales. Mais je pensais d’une certaine manière qu’il était intéressant de faire une antithèse à un film que j’ai fait il y a 13 ans.

 

L’avez-vous écrit en pensant à Madds Mikkelsen et qu’est-ce qui vous a fait penser que c’était bon pour Lucas ?

Je ne l’ai pas fait. Ce n’est pas comme ça avec Madds. Vous avez d’abord besoin d’un script pour l’attacher. Mais normalement, je voudrais écrire avec un acteur en tête. Donc, quand Madds est arrivé à bord, j’ai changé pas mal de choses dans le personnage en collaboration avec lui. Il a changé d’être un Robert DeNiro dans The Deer Hunter homme de peu de mots dur à cuire. Je pensais que Madds en faisait déjà partie. C’est un homme si fort et si beau et déjà un héros que je pensais faire de lui un homme un peu plus scandinave, humble, légèrement castré et au bon cœur. Un bon chrétien. Alors laissez-le se développer à partir de là. Laissez-le exister dans ce genre de limbes, piégé par son propre comportement civilisé jusqu’au bout de la tête, puis il transcende dans le monde des hommes de cinéma.

 

Son expérience des personnages durs a-t-elle joué un rôle dans son choix ?

Des acteurs célèbres comme lui viennent avec une histoire que nous connaissons à leur sujet. J’ai joué avec ça, mais pas dans le sens où il était un méchant, mais c’est intéressant que vous en parliez. J’ai plus joué avec le fait qu’il est toujours très viril et très dur et très fort. J’ai trouvé intéressant de changer cela. Mais en tant que méchant, pour être honnête, je n’ai pas vu tous ces films. J’ai vu certains d’entre eux. Mais j’ai vu tout ce qu’il a fait auparavant au Danemark. Il a fait de très bons films.

 

Lucas est l’homme le plus moral de sa communauté malgré qu’il soit accusé d’un terrible crime ?

Ce sont les mathématiques du drame. Vous voulez mettre votre personnage dans la situation la plus injuste et le faire se battre. C’est un homme très juste, c’est pourquoi ce qui lui arrive est si terrible.

 

Quelle était votre motivation derrière la présentation des habitants de la ville à la seconde où ils apprennent ses crimes ?

Nous avons également essayé de définir et de défendre tous les personnages. Nous pensons qu’ils font du mieux qu’ils peuvent. Ils réagissent bien sûr de manière irrationnelle. Mais qui ne le ferait pas dans cette situation ou du moins beaucoup de gens le feraient. Nous avons essayé de défendre totalement chacune de leurs démarches et actions. Je les vois tous comme des gens de bon cœur, mais ils ont cet éclat en eux. Comme un conte de fées de Hans Christian Andersen sur le mal qui se propage comme un virus. Nous avons considéré la pensée comme un virus et la parole. Alors peut-être qu’ils réagissent trop vite, peut-être qu’ils sont trop facilement convaincus. C’était une chose délicate à équilibrer. Mais je ne suis pas sur. Je veux dire, si vous regardez les cas, c’était bien pire.

 

Comment ?

Les gens sont jugés si rapidement. En Norvège, 40 personnes ont fini en prison, y compris le shérif local. Ce qui m’a fasciné, c’est 18 enfants inventant les mêmes descriptions précises d’hommes en costume de moine, obligés de manger des excréments, les couleurs des murs. Toutes sortes de détails qui étaient tous identiques entre les enfants et ensuite ils allaient vérifier la maison et il n’y a pas de sous-sol, comme dans notre film. Donc, ce fantasme collectif devient si spécifique et si détaillé sur le terrain de jeu. Ce film est une version beaucoup plus civilisée de ce qui se passe réellement. Nous avons créé la version avion de la vraie vie.

 

J’ai beaucoup apprécié les scènes d’interrogatoire avec Klara où les adultes lui mettent presque des mots dans la bouche.

Ce qui provient directement d’une vraie transcription. Juste atténué. Nous avons refais cette scène plusieurs fois. C’était bien pire dans l’histoire réelle. Mais là encore, c’était les années 90. C’était une enquête policière au départ et j’ai pensé qu’il serait plus intéressant de ne donner aucun nom à l’homme et de le faire venir d’une organisation inconnue.

 

J’étais curieux de savoir comment vous avez travaillé avec elle sur certaines de ces scènes ? Tu lui as tout expliqué parce que c’est un matériau si délicat pour un si jeune enfant.

C‘est le Danemark. Nous sommes plus libéraux sur ces choses. Mais il y a des limites. Nous avons donc eu une conversation très approfondie avec ses parents. Elle savait que c’était quelque chose de mauvais et elle savait qu’elle mentait. Elle savait qu’elle avait des caractéristiques sexuelles, mais là encore, elle ne sait pas ce qu’est la sexualité. Elle voulait jouer avec ses Lego et ses poupées dans le coin. Ce qu’elle aimait, c’était le sport d’être une actrice…« Je veux vraiment bien faire ça pour qu’ils applaudissent à nouveau.» C’est ce qu’elle pensait et c’est ce que nous avons fait.

 

Y a-t-il eu des cas où vous tourniez la moitié d’une scène avec elle et l’autre moitié avec les autres acteurs en train de dire ou de faire quelque chose sans elle pour éviter toute situation inconfortable ?

C’est une question intéressante car elle me fait réfléchir à ce qu’est le film dans un sens. Il y a cette peur et cette surprotection grandissantes des plus petits. Il y a une perte d’innocence. J’ai grandi dans une commune hippie avec des personnes nues et des organes génitaux partout. Toutes ces choses ont disparu maintenant. Il n’y a pas eu de mal, personne n’a profité de moi. Mais maintenant, vous ne pouvez même pas avoir l’enfant d’une autre personne sur vos genoux si vous êtes un homme. Vous ne pouvez même pas les embrasser ou les serrer dans vos bras s’ils pleurent. Aucun contact physique. Alors quand vous posez cette question, nous avons essayé d’être franc avec elle et pas hystérique, nous devions trouver un équilibre.

 

C’était bien que son personnage ne soit pas un enfant d’or complètement innocent.

Non, elle ment. Certaines personnes ont été provoquées par cela. Il y a cette convention que les enfants ne mentent pas. Eh bien, parfois ils le font et vous ne pouvez pas en juger. La plupart du temps, ils le font pour satisfaire les adultes ou attirer l’attention. Il y a toujours une bonne raison. Le problème est que beaucoup de ces enfants finissent par souffrir autant que ceux qui ont été maltraités. Tout ce scénario autour des accusations leur fait croire que cela arrive très vite. Cela ne prend que quelques semaines avec un enfant. Et puis ils finissent par grandir en tant que victimes et ont tout autant de problèmes même si rien ne s’est passé. Ils sont toujours les victimes de ce jeu.

 

Depuis que je vous ai ici, je dois vous poser une question. L’année dernière, à ce festival du film, j’ai vu Melancholia, que j’ai adoré. Mais j’ai trouvé la première moitié du film remarquablement similaire à Festen. Puisque vous êtes ami avec Lars Von Trier, je me suis demandé si vous en aviez déjà discuté tous les deux.

En fait, il m’a appelé et m’a dit: “J’ai volé ton film.” Ce qu’il a fait, ce n’était tout simplement pas aussi bon. J’ai trouvé la deuxième mi-temps brillante, mais cette première mi-temps était très proche, oui.

 

Utilisez-vous encore l’une des techniques de Dogme comme l’improvisation?

Oui. Parfois. Pour mon prochain film, j’utiliserai beaucoup plus d’improvisation. Je vais en fait faire un film sur la commune dans laquelle j’ai grandi et dont j’ai parlé plus tôt. Je pense que nous devrons faire quelques improvisations là-bas.

 

 

 

 

 

ENTRETIEN AVEC MADS MIKKELSEN

Prix interprétation masculine Cannes 2012

 

 



Qu’est-ce que le prix d’interprétation de Cannes a changé pour vous ?

C’était la première fois que j’y allais pour un film en compétition. J’étais présent à la clôture au cas où « La Chasse » gagnerait quelque chose, Thomas Vinterberg attendait la naissance de son bébé au Danemark. J’ai été très touché d’être appelé sur scène et mon émotion m’a surpris moi-même parce que, je suis plutôt quelqu’un de froid et de réservé.

 

 

Vous avez deux enfants, une fille et un garçon.

Qu’avez-vous ressenti en tant que père en lisant le scénario ?

Thomas Vinterberg et Tobias Lindholm ont écrit un script fantastique en mêlant plusieurs histoires vraies pour n’en faire qu’une seule. Être suspecté d’abus sexuels sur la petite fille de son meilleur ami, c’est le pire qui puisse arriver à un homme. Et comme les spectateurs aujourd’hui, je me suis posé beaucoup de questions…« Si c’était moi, si c’était ma fille, si c’était mon meilleur ami, qu’est-ce que je ferais ? Est-ce que je lui ouvre ma porte ? Est-ce que je le tue ou est-ce que je l’embrasse ? Est-ce que je crois en la justice et en l’humanité ou est-ce que je deviens un sauvage ? » Avec moi à la place de Lucas, le film n’aurait peut-être pas duré plus de dix minutes…Je crois que, parfois, on n’utilise plus son cerveau, mais juste ses émotions.

 

 

 

Comment joue-t-on une histoire pareille avec une petite fille de 6 ans ?

D’abord, on n’a pas tout dit à la petite Annika de ce qui se jouait, mais assez pour qu’une fille de son âge comprenne l’histoire qu’on racontait. Après, il se trouve que c’est une gamine fantastique, aussi bien hors champ qu’à l’écran, et qu’elle jouait instinctivement les situations les plus difficiles. Quand j’improvisais, elle me suivait naturellement. Mais, dès que la caméra était coupée, elle retournait s’amuser avec ses amis et n’a jamais été affectée par les scènes.

 

Lucas lui explique qu’elle ne peut pas l’embrasser sur la bouche, lui, le meilleur ami de son père qui travaille au jardin d’enfants, que ce geste est réservé à ses parents. En France, vous savez qu’on n’embrasse pas ses parents sur la bouche ?

Ah oui, mais vous embrassez trois fois sur les joues ! Au Danemark, c’est très courant de dire bonjour et bonne nuit en embrassant ses parents sur la bouche, surtout pour les gens de ma génération.

 

Thomas Vinterberg a essayé de vous rendre moins séduisant en vous coupant les cheveux et porter des lunettes plutôt vilaines…

Ne me dites pas qu’elles sont moches, ce sont juste des lunettes classiques ! Lucas n’est pas l’homme le plus sexy de la terre, il vient juste de divorcer, de perdre la garde de son fils et son job d’instituteur quand la petite fille invente cette histoire qui fout sa vie complètement en l’air.

 

Un personnage dit : « La rumeur agit comme un virus. » C’est beaucoup plus un film sur les ravages d’une rumeur que sur la pédophilie ?

Bien sûr, puisqu’il n’y a aucun doute sur l’innocence du personnage. C’est pour cela que le public est en empathie avec lui. Il est victime mais tout le monde est victime et innocent…Lucas, l’enfant, la femme, l’ami. Personne n’a rien fait qu’on puisse lui reprocher. Tous réagissent par amour à cette rumeur qui se répand comme une contagion et devient incontrôlable du moment qu’elle a semé le pire…le doute.

 

Avez-vous déjà été dans la situation de dire la vérité et que personne ne vous croie ?Oui, bien sûr, ça m’est arrivé, mais pour des bêtises. Personne n’aime être accusé de quelque chose qu’il n’a pas fait… alors d’avoir touché à un enfant ! C’est une situation inimaginable. Lucas ne peut pas se défendre. Tout ce qu’il peut dire ou faire sonne faux. Il a envie de crier, de taper, mais sur qui ? S’il quitte la ville, s’il saute par la fenêtre, tout ressemblerait à un aveu de culpabilité. Même quand la justice s’en mêle, quand Lucas sort blanchi, il reste suspect aux yeux des autres. Le doute subsiste dans leur regard jusqu’à la dernière scène.