2008 – Riches d’Amour

 

Prenez un jeu télévisé mondialement connu et greffez lui une vie pour répondre à toutes les questions dans un pays/Continent “Indescriptible” qui ne ressemble à aucun autre.

 

 

 

CONSTRUCTION D’UN FILM

 

À l’origine de ce film, il y a tout d’abord un scénario écrit par Simon Beaufoy, l’auteur de The Full Monty. Quand le script atterrit entre les mains de Danny Boyle, le réalisateur de Trainspotting sait qu’il fera le film après avoir lu seulement les quinze premières pages du manuscrit. Le cinéaste a un véritable coup de foudre pour l’intrigue ! Avec un modeste budget de quinze millions de dollars, Danny Boyle part pour l’Inde où il séjourne environ cinq mois avant le premier clap. Le cinéaste s’immerge dans la culture indienne, s’imprègne du pays. Et fait ses repérages, en recherchant des lieux de tournage insolites. Il prépare surtout le long et difficile casting de son film. C’est sa fille Caitlin qui lui souffle le nom d’un acteur originaire de Londres, Dev Patel, car elle est fan de Skins, la série télévisée qui l’a révélé. Il est choisi par le réalisateur pour tenir le rôle principal. Boyle engage aussi Rubina Ali, une fillette de 9 ans issue des bidonvilles, pour donner au film une touche d’authenticité. Choisie parmi 1 500 candidates, celle-ci ne parle qu’en hindi. Et interprète Latika enfant, alors que le top model Freida Pinto l’incarne adulte. Le film a remporté huit statuettes lors de la cérémonie des oscars 2009…Meilleure chanson originale, musique, montage, montage sonore, photo, scénario adapté, réalisateur pour Danny Boyle, et meilleur film.

 

Jamal, Salim et Latika apparaissent à trois âges différents, d’abord enfants, puis adolescents et enfin adultes. Pour rémunérer les petits comédiens, la production a décidé de bloquer leur salaire sur des comptes en banque auxquels ils pourraient accéder le jour de leurs seize ans. En attendant cet anniversaire, un chauffeur de taxi a également été engagé pour les emmener à l’école chaque jour.

 

Pour éviter de se confronter à la bureaucratie indienne, Danny Boyle et son équipe ont décidé de tourner une bonne partie du film sans autorisation. Grâce à l’inventivité du chef opérateur Anthony Dod Mantle, ils ont pu passer inaperçus aux yeux des autorités en employant de toutes petites caméras numériques très légères et maniables. Pour la scène située autour du Taj Mahal, toute l’équipe s’est faite passer pour un groupe de touristes munis d’appareils photos. Ils s’en servaient en réalité pour filmer aux yeux de tous les plans nécessaires à cette séquence.

 

Dans une scène où Jamal et Salim vont faire les sacs à main des touristes dans un théâtre en plein air, l’opéra chanté en français qu’on entend hors-champ est “Orphée aux Enfers” d’Offenbach. Il raconte le périple d’Orphée qui descend jusqu’aux Enfers pour retrouver sa femme Eurydice, de la même façon que le petit Jamal est prêt à tous les sacrifices dans sa quête de Latika qu’il s’est juré de sauver.

 

Au début du film, Danny Boyle s’est autorisé un clin d’œil à sa propre filmographie, au détour d’une scène clef du film. Quand le petit Jamal se fait enfermer dans les toilettes par son frère Salim, il est contraint de se jeter dans l’immonde fosse pour se libérer et aller demander son autographe à l’acteur Amitabh Bachchan. Cette scène fait évidemment référence à Trainspotting, lorsque Mark Renton plonge dans la cuvette des toilettes publiques pour aller chercher ses suppositoires d’opium dans les égouts ! Dans les deux cas, les excréments ont été composés à base de chocolat et de beurre de cacahouètes, rendant le tournage bien moins répugnant que le spectateur se l’imagine.

 

Si Slumdog Millionaire n’est souvent attribué qu’à Danny Boyle, il s’agit d’une coréalisation avec la directrice de casting indienne Loveleen Tandan qui a aidé le cinéaste à tourner les scènes en Hindi. En effet, un cinquième de ce film n’aurait pas pu sonner juste sans l’assistance d’une réalisatrice capable de comprendre les jeunes acteurs et de leur donner des directions de mise en scène. On se souvient tous du générique final, hommage dansé aux comédies musicales de Bollywood. Malheureusement, le chorégraphe Longiness Fernandes qui a travaillé sur cette séquence finale a été oublié au générique. Le soir de la cérémonie des Oscars, au moment de recevoir la statuette du meilleur film, Danny Boyle s’est publiquement excusé auprès lui.

 

 

Dans le bidonville de Nehru Nagar, dans le nord de Mumbai, où une bonne partie du film à petit budget, dirigé par le Britannique Danny Boyle, a été tournée, c’était au mieux l’indifférence qui a reçu le film. Le cinéma du quartier n’avait pas l’intention de mettre à l’affiche la version en hindi, Slumdog Crorepati, et les habitants, qui n’ont pas d’argent à y consacrer, préfèrent largement aller voir les blockbusters de Bollywood quand par extraordinaire ils se payent le cinéma. En outre, jeudi, des habitants de quartiers pauvres de la ville ont manifesté contre le titre du film, qu’ils jugent insultant et contre lequel ils entendent porter plainte.

 

 

Le scénariste Simon Beaufoy a expliqué qu’il ne fallait rien y voir de péjoratif, et qu’il avait juste inventé le mot…en mélangeant «slum» bidonville et «dog» chien. «Je ne suis pas un chien», ou «Pauvreté à vendre», pouvait-on lire sur leurs banderoles alors qu’ils manifestaient devant le domicile d’Anil Kapoor, un des acteurs du film, qui a lui-même grandi dans un bidonville…C’est un film d’espoir, une inspiration considérable pour les enfants de toute l’Inde, jugeait l’acteur mercredi au cours d’une conférence de presse de toute l’équipe. Le film a suscité la controverse en Inde. Certains sont fiers et ravis de voir un film et des acteurs indiens favoris pour les Oscars à Hollywood après avoir raflé quatre Golden Globes. D’autres déplorent que le succès aille à un film qui met l’accent sur la pauvreté du pays et en donne une image qu’ils estiment trop négative.

 

 

DANNY BOYLE

 

35 ANS DE CARRIERE – 33 FILMS ET SERIES

QUATRE FILMS A VOIR

 

 

1996 / Trainspotting

 

2000 / The Beach

 

2008 / Slumdog Millionaire

 

2010 / 127 Hours

 

 

 

 

 

ENTRETIEN 

 

Est-il vrai que vous avez refusé cela, à l’origine ?

Je ne l’ai pas refusé, parce que les agents l’ont paresseusement décrit comme un film sur Qui veut être millionnaire ? Mais j’avais remarqué que Simon Beaufoy l’avait écrit, connu depuis The Full Monty. Je me suis dit que je devrais le lire et je dois vous dire après 10/15 pages, Je savais que j’allais faire le film. Parce qu’il y a une sorte de dynamisme là-dedans, ça brille juste en dehors de la page.

 

Être un étranger, un avantage dans la façon dont vous avez abordé le sujet ?

Je n’y ai pas suffisamment réfléchi, parce que si vous y pensez vraiment beaucoup, vous pensez que ce n’est probablement pas une très bonne idée, Je pense que nous voulons vraiment les histoires des gens de leur propre pays. J’ai juste adoré l’énergie dans la ville, comme le New York des années 8. Ça ne ressemble en rien à New York, sauf que c’est complètement pareil à New York. C’est juste plein d’histoires, de potentiel, de danger et de beauté, le tout empilé.

 

Il y a un crédit de codirection, vous vouliez quelqu’un ?

Non, elle était la directrice de casting, pour commencer et je comptais sur elle pour les points de référence culturels locaux, la vérification des faits. J’ai commencé à l’utiliser tous les jours sur le film. Pas seulement pour traduire avec les enfants, mais aussi juste pour m’aider.

 

Avez-vous eu des difficultés à obtenir les droits d’utilisation du jeu télévisé ?

Non, parce que la société de production, Celador, qui a produit le film ont inventé le jeu il y a des années. Et ils l’ont vendu, mais ils ont évidemment gardé les droits, donc s’il y avait un film à ce sujet, ils auraient le droit d’utiliser le logo, la musique.

 

 

Était-il important pour vous d’être aussi réaliste que possible, en ce qui concerne la représentation de la pauvreté et du commerce du sexe, et de ces autres aspects les plus durs du pays ?

Vous ne pouvez pas vous dérober à cela, parce que si vous voulez essayer de brosser un tableau complet de la ville vous savez, il se passe beaucoup de choses qui sont vraiment difficiles à voir, les gens en sont surpris. Il contient des trucs que vous ne décririez certainement pas comme du bien-être. Mais c’est vraiment le but du film. Est-ce que c’est une image complète de sa vie, et comment il est arrivé là-bas, vous savez ? Et un gamin comme ça en aurait vu beaucoup d’ici là, tu sais ? Il a vécu beaucoup de choses. Et ce qui est merveilleux chez lui, bien sûr, c’est que contrairement à son frère, qui cela l’a affecté. Son frère s’est tourné vers la violence et la vengeance, vraiment, après la mort de sa mère. Cet enfant a la grâce de voir au-delà, de le surmonter.

 

La fin rend hommage à Bollywood. A quel point vous a-t-il amusé de faire cette séquence musicale à la fin ? Et cela vous a-t-il donné une toute autre perspective de l’industrie cinématographique de Bollywood ?

Je voulais représenter la ville, parce que la ville nous y avons vécu pendant environ un an. J’ai regardé beaucoup de films de Bollywood, mais vraiment, plus à voir avec eux pour le jeu d’acteur. Je veux dire, les comédies musicales sont partout, parce que c’est sur MTV. Ils ont toutes ces chaînes disco, chaînes vidéo.

 

Qu’espérez-vous que le public américain retirera de voir ce film ? Que voulez-vous qu’ils retirent de ce film ?

Je n’ai jamais pensé que cela fonctionnerait ici. J’ai toujours pensé que cela fonctionnerait en Grande-Bretagne, en raison de notre lien plus étroit avec l’Inde. Je pensais que l’Amérique, d’une certaine manière, serait trop loin. Ce n’est pas aussi visible, la connexion. En fait, après l’avoir joué un peu ici, vous pouvez voir qu’il a un grand cœur, le film. Et ce pays l’a fait. Vous savez, il y a un enfant avec un rêve, et il est apparemment inadapté à son poste, mais en fait, son rêve réussit. Il y arrive. Et il mobilise le pays qui l’entoure, ce qui me semble assez proche.

 

Êtes-vous un peu rêveur vous-même ?

Je le suis un peu, en fait. Je veux dire, j’ai ce genre d’humour cynique que les Britanniques ont, mais il y a aussi un côté romantique de moi. Je vais pour ça. Je veux dire, c’est ce qui m’a attiré dans l’histoire, à part la ville. Mais un film ne fonctionnera pas comme un portrait de la ville. Cela doit être le récit d’un personnage au très beau cœur humain.

 

 

 

PREMIÈRE ANALYSE

 

Danny Boyle renoue ici avec un des thèmes récurrents de son œuvre. L‘argent et ses conséquences. Graine de discorde entre les colocataires de Petits Meurtres entre amis, seul moyen de se sortir du marasme ambiant dans Trainspotting, symbole de différence sociale pour le couple d’Une Vie Moins Ordinaire, l’approche de Boyle avait pourtant connu un certain renouveau avec le ton naïf et innocent de Millions, à l’opposé du cynisme de ses trois premiers films. Cependant, le film n’évitait pas une certaine niaiserie et s’avérait partiellement raté. Avec le recul, on peut désormais y voir un galop d’essai pour ce formidable Slumdog Millionnaire qui emprunte la même voie mais avec bien plus de réussite, fusionnant à merveille la virulence et la dureté d’autrefois avec la belle fable initiatique. La construction du film est prenante, avec narration découpée entre les séquences d’interrogatoire de Jamal, les passages de l’émission “Qui veux gagner des millions” où chaque question remportée trouve une réponse douloureuse dans son passé, et fait défiler l’enfance et l’adolescence du personnage. Le scénario de Simon Beaufoy, parvient à tirer une belle substance dramatique du roman de Vikas Swarup Les Fabuleuses Aventures d’un Indien malchanceux qui devint milliardaire qui se composait d’une suite de fables correspondant à chaque question posée dans le jeu.

 

On découvre donc ici une Inde comme rarement filmée par un Européen, avec de glauques bidonvilles, dont Boyle parvient à traduire l’aspect grouillant et crasseux à la perfection, en mélangeant le style sur le vif hérité de 28 jours plus tard, et un côté plus contemplatif, laissant évoluer quelques beaux moments, à l’image de celui où Jamal, enfant, invite Latika transie de froid sous la pluie à le rejoindre à l’abri. L’imagerie réaliste oppressante côtoie une vision plus idéalisées du pays, soit effectivement les deux tonalités du film conte de fée et drame sordide à la fois. On suit donc le parcours de Jamal au côté de son frère Salim, entre petits larcins et arnaques en tous genres, ponctué de drames durant lesquels Boyle n’oublie pas de décrire quelques moments douloureux de la réalité indienne ou de l’actualité récente du pays. Ainsi des persécutions subies par les musulmans, de Bombay/Mumbay et son bidonville transformé en centre d’affaires, ou encore de la sordide exploitation d’enfants mendiants, rendus volontairement handicapés.

 

Malgré la dureté du contexte, le film conserve un aspect de fable initiatique, grâce au personnage très attachant de Jamal, formidablement incarné à tous les âges notamment joué adulte par Dev Patel, héros de la série anglaise Skins. L’œuvre réserve en outre son lot de jolis moments, tel cette épatante scène où Jamal traverse une fosse d’excréments pour obtenir un autographe de sa star favorite. Boyle orchestre une vraie opposition à la Caïn et Abel entre Jamal et son frère Salim, ce dernier faisant montre dès l’enfance d’un vrai mauvais fond, qui le mènera vers une existence de gangster, le destin finissant par les opposer à cause de Latika. Cette dernière, amour de sa vie, est plus que l’argent et la réussite, le véritable moteur des actions et de la volonté inébranlable de Jamal, donc de sa participation au jeu. Toutes ces qualités tirent la conclusion pleine d’emphase vers le sublime, quand Jamal devient un vrai étendard des laissés pour comptes, au fur et à mesure de son avancée dans le jeu, et qu’il suscite une belle émotion en répondant à l’ultime question, soutenu par tout un peuple. Beau et imprévisible succès en salle, Slumdog Millionaire sera aussi un des plus inattendus lauréats de la cérémonie des Oscars de ces dernières années.



 

DEUXIÈME ANALYSE…Très critique…

 

QUI VEUT DÉFINITIVEMENT PERDRE UNE CRÉDIBILITÉ DÉJÀ BIEN ÉREINTÉE ?

par Romain Genissel

 

Auteur du cultissime et générationnel Trainspotting, Danny Boyle ne surprend plus, ou presque 28 jours plus tard, depuis son exil malheureux dans la galaxie hollywoodienne. Consacré il y a quinze ans comme le cinéaste punk anglais, Boyle enchaîne depuis une décennie films moyens Sunshine, médiocres Millions tout en plongeant dans le gouffre de ces réalisateurs condamnés à la compromission hollywoodienne. Séparé ici de son producteur et scénariste attitré mais surtout du talentueux romancier Alex Garland, le cinéaste vient de réaliser avec Slumdog Millionaire ce qui constitue sans doute son film le plus navrant et impersonnel.

 

Film qui renoue avec le thème de prédilection du cinéaste le film retrace la destinée d’un jeune orphelin indien qui s’apprête à remporter le jeu « Qui veut gagner des millions ? » Né dans les faubourgs désœuvrés de la ville de Bombay, Jamal a toute sa vie durant subi le poids de sa condition et d’une destinée faite de déshérence. Condamné depuis son enfance à vivoter avec son grand frère au cœur d’un monde âpre et corrompu, Jamal a traversé les pires mésaventures avant d’atterrir sur le siège du fameux jeu télévisé. À la question de savoir si ce parcours de déshérité est le cheminement par lequel Jamal devait passer afin de remporter la mise, c’est tout le dispositif en flash-back du film qui semble vouloir y répondre. À l’aube de prononcer le dernier mot qui le consacrera millionnaire, Jamal est alors interrogé par une police suspicieuse afin d’expliquer comment son existence répond d’elle-même aux questions posées durant le jeu télévisé.

 

Basé sur un recueil de nouvelles qui relate le parcours de différents personnages dans l’Inde contemporaine, Slumdog Millionaire s’ouvre sur une plongée assez impressionnante dans les ruelles étroites de Dharavi, plus grand bidonville indien. Le jeune Jamal et son frère Salim se font pourchasser sur le mode burlesque par deux ventrus policiers au cœur des quartiers déshérités de la ville. Le filmage de la course-poursuite fortement inspiré par celui de La Cité de Dieu invite alors sur une rythmique effrénée à pénétrer de plain pied au sein du ghetto. Le mobile qui saisit la promiscuité avec les laissés pour compte d’une société en profond bouleversement, improvise un tracé qui a le don de nous faire découvrir une géographie aucunement fantasmée. On navigue alors à l’intérieur de la zone périphérique la plus animée de la métropole ainsi que dans l’anse fascinante de Mahim, traversée par ce gigantesque et incongru pipeline. Le premier titre d’une bande son aux sonorités «électro-indianisantes» impulse à cette plongée une dynamique aveugle et puissante. Les deux bambins qui ont impulsés la poursuite échapperont finalement aux matraques et seront secourus par leur mère avant que celle-ci ne se fasse lyncher devant leurs yeux hébétés.

 

Danny Boyle construit ainsi toute la dramaturgie du film autour de ces situations où le regard innocent de Jamal est confronté de plein fouet à la cruauté du monde. Le creuset empathique du film qui accumule les accès de violence vu par le regard naïf de l’enfant joue totalement en défaveur de la fiction. De même l’entreprise qu’est de faire reposer un film sur les épaules de ces jeunes pousses précipite Slumdog Millionaire dans l’un de ses nombreux travers. Même à l’âge adulte, le personnage de Jamal qui, dans le film est interprété par trois acteurs différents, laisse pantois lorsqu’il exhibe cette expression ahurie comme pour signifier d’un peu trop près son manque d’éducation. Aussi, il faudrait se pencher sur la cas de ces trois personnages de brutes qui abusent à des fins cupides les enfants abandonnés afin de se demander: pourquoi forment-ils cette tribu qui arbore de menaçantes et archétypales expressions ? Comment Danny Boyle en est-il arrivé à s’abaisser à ce genre de visions où la fiction s’emballe sans dérision aucune dans un manichéisme lourd de sens ?

 

Mais le pire travers dans lequel chute la fiction de Danny Boyle tient à sa construction même qui, reposant sur l’entrelacs de différentes temporalités, dévoile de profondes défaillances scénaristiques. Ainsi, les questions posées à Jamal par le ridicule présentateur qui, censées appeler une immersion dans le passé traumatique du protagoniste, décrédibilisent toute forme de suspense. Le dispositif affiche alors sous nos yeux les ficelles mal dégrossies d’une structure supposée tisser le temps du jeu télévisé au passé malchanceux du jeune homme. Des questions sur l’inventeur du premier revolver à l’effigie d’un président sur le dollar américain, les parallèles entrepris restent la plupart du temps en travers la gorge. Le film se déleste même en son milieu de ces embranchements temporels pour laisser s’écouler en roue libre le parcours initiatique de l’enfant. L’échec de cette architecture du suspense voudrait alors se déplacer par la suite vers cette romance entre Jamal et la belle Latika, mais on dérape tellement dans le Bollywood shakespearien à tendance mielleux que c’en est presque scandaleux…

 

Finalement, on se rend compte que c’est bel et bien le contenu même de la fiction qui fait défaut et s’écrouler le film. De l’interprétation limite des acteurs à cette vision stéréotypée du monde qui parcourt tout le film, l’histoire succombe à une dramaturgie pâteuse et inoffensive. Et au-delà de la stylisation à outrance de la palette chromatique indienne et ces obliques contractées à répétition, il semblerait que le cadre aurait pu offrir une réflexion davantage poussée sur les bouleversements géographiques du pays. Mais là encore on invite trop rapidement le spectateur en visite touristique au Taj Mahal comme pour éviter qu’il perdre trop vite pied. Un peu à la manière des sublimes îles thaïlandaises filmées dans La Plage, Danny Boyle et son équipe s’égarent en exportant une trame « occidentalisée » qui n’invite pas le regard à se fondre dans la véritable réalité indienne. Ce serait d’ailleurs la principale critique faite à l’endroit de Wes Anderson pour son À bord du Darjeeling Limited mais ce brillant cinéaste s’est toujours retranché dans sa bulle ouatée et n’a jamais vraiment, dans ses précédentes œuvres, filmé sa ville de New York. Quant à Danny Boyle, on est en droit de se demander s’il ne demeurera pas le cinéaste à jamais dans l’ombre de cette radiographie punk des enfants du thatchérisme portés par le cynisme d’un « No Future » incomparable.